Tandis qu'une trentaine de policiers et bénévoles ratissaient le secteur de la piste cyclable qui longe la route 255, un hélicoptère de la SQ a survolé la région d'Asbestos dans l'espoir de localiser Shelley Stevens, disparue depuis dimanche.

Des recherches à grand déploiement à Asbestos

Les recherches se poursuivent afin de retrouver la dame de 40 ans qui a été vue pour la dernière fois sur la piste cyclable qui longue la route 255, entre le parc canin et l'aréna d'Asbestos dimanche.
Shelley Stevens
Une trentaine de policiers ratissent le secteur. À eux s'ajoutent une unité d'urgence, des policiers spécialisés en recherche et disparition, un maître-chien de même que des pompiers et une douzaine de bénévoles structurés, c'est-à-dire coordonnées par la sécurité civile.
Un hélicoptère a également survolé le périmètre lundi et mardi. Des VTT sont aussi utilisés, entre autres lors de recherches de nuit comme ce fut le cas lundi et probablement mardi.
Des citoyens ont manifesté le désir d'aider dans les recherches. Ces « bénévoles spontanés » laissent alors leurs coordonnées à l'équipe de recherche qui les contacte au besoin en leur assignant un secteur.
Pour l'instant, aucune équipe de plongeurs n'a été mis en place pour fouiller la mine et l'étang Burbank.
Le poste de commandement a été établi dans le stationnement de l'aréna Connie-Dion.
Considérant que Shelley Stevens se déplaçait en marchant, le périmètre de recherche a été établi en conséquence. On émet l'hypothèse que la dame ait été désorientée et aurait pu s'égarer ou trouver refuge quelque part.
Un témoin recherché
La Sûreté du Québec tente présentement de retracer un témoin, un homme dans la mi-trentaine, avec qui Shelley Stevens aurait été aperçue pour la dernière fois dimanche à 17 h 30. L'individu circulait sur un vieux vélo de couleur gris, serait vêtu d'un chandail à capuchon noir et d'une casquette foncée, rapporte la SQ. Les proches de la dame sont inquiets et craignent pour sa santé et sa sécurité, considérant que même si elle avait l'habitude de marcher, il est inhabituel qu'elle ne soit pas rentrée à son lieu de résidence.
Le ratissage s'est poursuivi dans la nuit de mardi et mercredi matin, l'équipe de recherche établissait le plan de match pour la poursuite des procédures.
Toute personne l'apercevant ou ayant de l'information est priée de communiquer avec la police.
Un hélicoptère a survolé le périmètre lundi et mardi. Des VTT sont aussi utilisés, entre autres lors de recherches de nuit comme ce fut le cas lundi et probablement mardi.
« On est dans le néant »
Atteint d'une légère déficience intellectuelle, Shelley Stevens habite en famille d'accueil avec Marie-Claire Grimard depuis 21 ans. Cette dernière est chamboulée par sa disparition.
Shelley était venue pour le souper dimanche, mais c'est le lendemain matin alors qu'elle ne s'est pas présentée pour le déjeuner et que les heures passaient que Mme Grimard n'a eu d'autre choix que de déclarer sa disparition.
Comme Shelley Stevens vit avec un retard mental, sa famille d'accueil craint qu'il lui soit arrivé quelque chose.
« On est dans le néant », laisse tomber Mme Grimard, chagrinée par les événements.
« Shelley c'est vraiment une bonne fille. Elle est attachante et elle aime rendre beaucoup de service. Elle ne ferait pas de mal à une mouche », confie-t-elle.
Même si la femme était habituée de marcher, jamais il ne lui était arrivé d'incident pareil, rapporte sa famille d'accueil.
Depuis lundi, les messages d'amour et de soutien affluent sur les réseaux sociaux alors que plusieurs Asbestriens et gens des environs ont partagé l'avis de disparition dans l'espoir de retrouver Shelley Stevens saine et sauve.