Selon Mme L’Espérance, plusieurs autres actes de vandalisme ont été commis dans la nuit de vendredi à samedi.

Des pancartes électorales abimées

La conseillère municipale Chantal L’Espérance a eu une bien mauvaise surprise au réveil samedi matin : plusieurs de ses pancartes d’élection avaient été abimées pendant la nuit.

« Certaines pancartes se trouvaient sur des structures de bois et elles ont été brisées à coup de bâton de baseball ou un autre objet du genre capable de faire autant de dégâts », confirme Mme L’Espérance.

Quelques bénévoles ont passé la journée de samedi à réinstaller et réparer les pancartes qu’ils venaient tout juste d’afficher.

« C’est irrespectueux pour ces gens qui ont passé beaucoup de temps à installer les pancartes et qui doivent recommencer alors qu’ils viennent de finir. Une campagne, ça ne dure qu’un mois. Nous avons bien d’autres choses à faire que de recommencer le travail déjà fait », dénonce la conseillère. Des pancartes des candidats Sylvain Raby et Raïs Kibonge ont également été abimées.

Selon Mme L’Espérance, plusieurs autres actes de vandalisme ont été commis dans la nuit de vendredi à samedi : décorations et citrouilles détruites, enseigne de commerce abimé, banderole d’un festival déchiré... Les vandales semblent avoir sévi à plusieurs endroits.

« Lorsque j’ai contacté la police samedi, je leur ai demandé de patrouiller plus souvent à la sortie des bars puisque ça semble être le moment choisi pour faire ces actes de vandalisme. Dans tous les cas, c’est très irrespectueux de détruire le travail des autres. La police devrait peut-être suivre les attroupements au petit matin et leur rappeler les règles de courtoisie », croit Mme L’Espérance.