David Guillemette

Dernière chance pour rembourser sa victime

David Guillemette est sommé par le tribunal de rembourser la victime de la fraude qu’il a reconnue à l’endroit d’une personne âgée à Sherbrooke.

Guillemette a reconnu avoir fraudé une femme de 88 ans sur une période d’un mois en 2017.

Guillemette et sa conjointe de l’époque Vicky Groulx ont reconnu avoir utilisé la carte de guichet automatique d’une grand-tante de cette dernière entre mars et avril 2017 à Sherbrooke.

La dame âgée était hospitalisée en mars 2017 lors du délit.

« Vous allez me trouver persistant. C’était une personne âgée qui a été victime. Je tiens absolument à ce qu’il y ait réparation minimale de remboursement. Je vais étirer l’élastique en peu plus pour vous permettre de ramasser les 2800 $ qui restent. À la prochaine date, je vais prendre une décision », a indiqué le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec qui imposera la peine le 2 mai.

Guillemette a témoigné, jeudi, avoir amassé 1200 $ sur les 4000 $ qu’il doit à la victime.

« C’est certain que je veux rembourser au complet », soutient David Guillemette.

L’individu de 36 ans a témoigné qu’il avait beaucoup moins d’heures de travail et qu’il a pris son enfant de 18 ans à sa charge depuis quelques semaines.

« Je ne peux pas faire plus. Avec un dossier criminel et en attente d’une sentence, c’est assez difficile de me trouver un autre emploi », a indiqué Guillemette.

David Guillemette et Vicky Groulx avaient utilisé la carte bancaire de la dame âgée pour lui louer un téléviseur à sa demande.

Il n’en fallait pas plus pour que Guillemette et Groulx pigent dans son compte de banque.

David Guillemette a reconnu la fraude et le vol de plus de 8200 $.

La carte a été utilisée à plus d’une centaine de reprises pour effectuer des retraits, mais aussi des paiements directs de diverses marchandises.

Les deux individus ont été arrêtés au printemps 2017, puis accusés.

Coupable d’avoir fraudé deux proches parents à Sherbrooke, dont sa grand-tante, Vicky Groulx a été condamnée à 15 mois de prison à purger dans la collectivité et à effectuer 150 heures de travaux communautaires.