Frédérique Goulet

Dénoncé par son ex-conjointe pour ses activités de trafic de stupéfiants

Dénoncé par son ex-conjointe pour ses activités illicites de trafic de stupéfiants aux policiers qui étaient intervenus pour du grabuge à leur domicile, Frédérique Goulet de Sherbrooke devra passer les 18 prochains mois en prison.

Goulet a plaidé coupable, mardi, à des accusations de possession de plus de 2279 comprimés de méthamphétamine et 243 grammes de cannabis en juillet 2016 ainsi que de trafic de méthamphétamine et/ou de cocaïne ainsi que de cannabis entre le 10 juin et le 6 juillet 2016 de même que la production de cannabis. Il avait déjà plaidé coupable à une accusation de menaces en juin 2017.

C’est une dénonciation de la présence de cette substance illicite à son domicile qui est à l’origine de l’arrestation de l’individu qui ne possède pas d’antécédent judiciaire.

« Sa conjointe de l’époque a affirmé qu’il y avait plein de pilules dans le garde-robe », a mentionné l’avocat de la défense Me Christian Raymond.

En possession de ces informations sur la présence des stupéfiants, les policiers du Service de police de Sherbrooke ont obtenu un mandat de perquisition.

La saisie du cellulaire de Goulet a permis d’étayer la preuve concernant le trafic de stupéfiants avec des messages textes.

Goulet a aussi reconnu une supposition de personne, du méfait à une clôture et de s’être évadé d’une garde légale le 23 juillet 2016.

Me Raymond a spécifié que son client a fait une thérapie de six mois et reprendra les études à la fin de sa détention.

L’avocat de la défense Me Christian Raymond et le procureur aux poursuites criminelles Me Claude Robitaille ont convenu d’une probation d’une année dans le cadre de la suggestion commune qui a été proposée au tribunal.