Richard Labrie, Jean Demaître et Thomas Harding

Demaître, Harding et Labrie se sont levés pour dire «non-coupable»

Le procès intenté à la suite du déraillement du train de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA) s'est entamé lundi au palais de justice de Sherbrooke.
À tour de rôle, Jean Demaître, Thomas Harding et Richard Labrie se sont levés pour exprimer «non-coupable» lorsqu'ils ont été interpellés devant le jury composé de dix hommes et quatre femmes, lundi, au palais de justice de Sherbrooke.
Les trois ancien employés de la MMA sont accusés de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes le 6 juillet 2013 à Lac-Mégantic.
Le jury entendra la preuve concernant l'accusation : «Entre le 4 juillet 2013 et le 6 juillet 2013, à Farnham, à Nantes et à Lac-Mégantic et ailleurs au Québec ont, par négligence criminelle, causé la mort de 47 personnes, soit par les omissions ou en raison des actions posées lors de la supervision, l'exploitation, l'opération ou la sécurisation du train de pétrole numéro 2 (train block oil L) ».
Le juge Gaétan Dumas de la Cour supérieure a instruit le jury en droit avant que les premières preuves au procès soient déposées.
Le juge a indiqué que la preuve devait être prouvée hors de tout doute raisonnable et que la personne accusés es présumée innocente jusqu'à preuve du contraire, donc que les accusés bénéficiaient de la présomption d'innocence.
Me Thomas Walsh et Me Charles Shearson défendent  Thomas Harding, Me Gaétan Bourassa assure la Défense de Jean Demaître alors que Me Guy Poupart et Me Sarah-Nicole Tricoche représentent les intérêts de Richard Labrie.
La preuve de la poursuite est menée par les procureurs aux poursuites criminelles et pénales Me Véronique Beauchamp, Me Sacha Blais, Me Jasmine Guillaume et Me Marie-Ève Phaneuf.