Bien qu’elle se déplace en fauteuil roulant, Marie-Claude Lépine est une passionnée de voyages. Sa prochaine destination sera la France.

Découvrir le monde en fauteuil roulant

Marie-Claude Lépine doit se déplacer à l’aide d’un fauteuil roulant. À cause de cette caractéristique, plusieurs doutent de ses capacités à voyager. À maintes reprises, Mme Lépine a prouvé que voyager, c’est possible pour tout le monde.

Mme Lépine, invitée aux Matinées créatives, a raconté son histoire à une cinquantaine de personnes présentes au centre-ville de Sherbrooke. La femme a déjoué bien des pronostics dans sa vie. Celle qui est maintenant une habituée de voyages ne veut pas se limiter.

« Dans le contexte de voyage, j’ai amené des gens à comprendre qu’ils peuvent se découvrir eux-mêmes. Pour moi, le voyage n’est pas juste de prendre l’avion et d’aller dans un autre pays. C’est un projet. On doit se préparer », analyse-t-elle.

Aller découvrir le monde alors qu’on est en fauteuil roulant peut être difficile. Malgré des crevaisons et des embûches, Mme Lépine a tout de même réussi monter sur le volcan Masaya au Nicaragua.

« On pense souvent que les voyages c’est compliqué, voire impossible en fauteuil roulant. Par contre, c’est très possible. Il faut juste être organisé, avoir l’esprit ouvert et s’attendre à ce que les choses ne soient pas faites comme d’habitude. »

Mme Lépine ne le cache pas, certaines situations sont plus difficiles, comme celle d’aller aux toilettes. « Comme je ne peux pas me tenir sur mes jambes, il faut me coucher pour descendre mon pantalon. Aux toilettes publiques, je dois me coucher sur le comptoir. À Atlanta, l’aéroport le plus fréquenté au monde, j’ai dû négocier durant 10 minutes pour avoir accès à une toilette privée. Au Nicaragua, les portes m’étaient ouvertes », décrit-elle.

CreativeMornings

Présent depuis le mois de septembre à Sherbrooke, CreativeMornings, qu’on peut traduire par «matinées créatives» en français, est un concept très populaire en Amérique du Nord. « Je trouvais qu’il y avait beaucoup de conférences sur le savoir-faire, mais pas beaucoup sur le savoir-être », indique l’hôte des Matinées créatives, Véronique Viens.

Les Sherbrookois répondent bien à l’appel, toujours selon elle. «  En ce moment, on a de plus en plus de gens qui sont accros. Quand il y a des activités gratuites comme celle-là et qu’on a des conférenciers de cette qualité, ça peut juste fonctionner », conclut Mme Viens.

On peut consulter l’horaire des conférences à l’adresse suivante : www. creativemornings.com/cities/sbk/.