Des immeubles de la rue Cormier, à Drummondville, ont été évacués vendredi matin.

Découverte d'un colis suspect à Drummondville

Branle-bas de combat vendredi matin à Drummondville après la découverte d'un colis suspect portant la mention « explosif » devant les portes du journal L'Express. Ne prenant aucune chance, la Sûreté du Québec a fait appel à ses démineurs qui ont finalement fait exploser... deux appareils photo et quatre lentilles.
« Selon les informations que nous possédions, il y avait possibilité que le colis représente un danger. Après vérification, celui-ci ne présentait aucun explosif », explique la porte-parole de la SQ, Ingrid Asselin.
Le contenu du colis suspect appartenait au photographe drummondvillois Éric Beaupré. Il se l'était fait voler quelques jours plus tôt au palais de justice de Drummondville.
Les policiers ont été alertés vers 8 h, vendredi matin, de la présence du colis.
Rapidement, un périmètre de sécurité a été mis en place par la SQ. Des immeubles de la rue Cormier et des résidences de la rue Janelle ont été évacués.
En plus des patrouilleurs, un enquêteur, des techniciens en explosifs, des techniciens en identité judiciaire et des pompiers ont été déployés sur place.
Le colis a finalement été neutralisé à 13 h 15.
Un individu dans la mi-vingtaine a été arrêté en après-midi en lien avec cette histoire. Il pourrait entre autres être accusé de méfait public et de menace. Il a été interrogé tout l'après-midi puis libéré sous promesse de comparaître.
Sur Facebook, Éric Beaupré a remercié la police pour son travail efficace.
« Malgré la gravité du geste commis ce matin avec une menace de bombe, un ''emprunteur'' qui fait la part des choses en s'excusant à mon égard, avouez que ça ne s'invente pas une mésaventure pareille! Aussi bien le prendre ironiquement ''positivement'' », a-t-il commenté.