Le camionneur Claude Dostie est décédé en juin 2017 dans le Canton d'Hatley.

Décès d’un camionneur : la CNESST identifie deux causes

L’état mécanique déficient des freins du camion de Claude Dostie et un détour hasardeux pour les véhicules lourds qu’il a emprunté en ce matin de juin 2017 sont deux facteurs qui ont contribué à son décès lors d’un tragique accident de la route survenu dans le Canton de Hatley.

Lire aussi: Fin atroce pour un camionneur

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a présenté les conclusions de son enquête, mardi, pour expliquer l’accident de la route qui a mené au décès du camionneur de la compagnie Dany Dejardin à l’intersection du chemin de l’Auberge et du chemin McFarland le 12 juin 2017.

Claude Dostie comptait une quarantaine d’années d’expérience comme camionneur lorsqu’il a tragiquement perdu la vie dans l’exercice de ses fonctions.

Le camion à benne basculante 1988 transportait une charge de 17 tonnes. Au lieu de prendre le détour proposé de 29 kilomètres, Claude Dostie a pris un trajet plus court.

« Pour une raison qu’on ignore, il n’a pas pris le chemin indiqué pour les poids lourds. Le détour indiqué lui demandait de revenir sur ses pas et de prendre la 410. Il y avait des affiches de travaux et des indications de détour. Tout était bien indiqué. Le chemin de l’Auberge n’était pas prévu pour les camions. Il y a une pente prononcée moyenne de 13 pour cent sur 1,1 kilomètre. C’est le choix de la route qui a été critique (…). Nous ne pouvons pas déterminer si le choix d’ignorer le détour pour les camions était une distraction ou si c’était volontaire. Nous ne pouvons présumer d’une intention », mentionne l’inspecteur Robert Beaudette de la CNESST.

« M. Dostie est arrivé à un endroit qu’il ne connaissait pas. Il n’y avait aucune indication qu’il y avait une pente raide sur une si grande distance », précise son confrère Yvon Guay.

Dans la pente prononcée du chemin de l’Auberge, le camion lourd a gagné de la vitesse de manière incontrôlable, les freins ne suffisant pas à le retenir. Constatant qu’il perdait le contrôle, le camionneur a choisi de sauter de son véhicule. Il s’est cependant retrouvé sous les roues arrière du camion avant qu’il emboutisse un arbre à l’intersection du chemin McFarland. Le décès de Claude Dostie a été constaté sur place vers 8 h.

« La charge du camion était respectée pour sa capacité. L’expertise faite auprès d’un mandataire de la SAAQ a permis de constater que les freins étaient désajustés sur trois des quatre essieux, que les pneus étaient usés, les ressorts arrières brisés et il y avait un désalignement du train arrière. Le dernier ajustement de freins avait été fait à la dernière inspection mécanique en novembre 2016 », mentionne l’inspecteur Guay de la CNESST.

« Il y avait seulement le deuxième essieu qui était dans les normes. Il n’y avait pratiquement plus de pression appliquée sur les tambours lors du freinage. Les freins ont surchauffé. L’ajustement n’était pas optimal », ajoute Robert Beaudette.

« C’est un camion d’une plus vieille génération où les freins doivent être ajustés de façon manuelle, alors que les camions plus récents ont un ajustement automatique. C’est de la responsabilité de l’exploitant de s’assurer que les freins sont bien ajustés », ajoute Yvon Guay.

Le camion était le seul camion de l’entreprise Services Dany Dejardin qui a cessé toutes ses activités à la suite de cet accident. Aucune mesure corrective n’a été nécessaire par la CNESST.

Les conclusions de la CNESST seront transmises à l’Association du camionnage du Québec, à l’Association nationale des camionneurs artisans, à l’Association des routiers professionnels du Québec ainsi qu’au Regroupement des entrepreneurs et des camionneurs indépendants du Québec.

Les conclusions de la CNESST seront transmises à l’Association du camionnage du Québec, à l’Association nationale des camionneurs artisans, à l’Association des routiers professionnels du Québec ainsi qu’au Regroupement des entrepreneurs et des camionneurs indépendants du Québec.

Yvon Guay de la CNESST a présenté le rapport sur l'accident.