Samuel Ducharme, porte-parole du Service de police de Sherbrooke

De faux profils pour piéger de jeunes ados

Le dossier d’un adolescent de 17 ans qui utilise de faux profils Facebook et Snapchat pour piéger de jeunes adolescents afin d’obtenir des images pornographiques incite le Service de police de Sherbrooke à lancer un appel à la vigilance aux parents.

Sous le nom « Kyle Pomerleau » connu sur Snapchat comme « KyPom00 », l’adolescent aborde des adolescents depuis le début avril 2017.

À la fin octobre, il a été arrêté par le Service de police de Sherbrooke. La saisie de son ordinateur pourra permettre d’identifier d’autres victimes.

« Kyle Pomerleau c’est la pointe de l’iceberg », signale le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Samuel Ducharme.

Le SPS a constaté depuis plusieurs mois que certains parents sont extrêmement négligents dans la gestion des réseaux sociaux de leurs enfants.

« Il y a des enfants qui vivent des situations depuis des semaines et des mois et que les parents n’ont effectué aucune surveillance sur les plates-formes fréquentées par leurs enfants. On veut sonner l’alarme des parents. Être ami avec ses enfants sur Facebook, c’est la base. Il faut vérifier leur degré de confidentialité. Par la suite, il faut s’assurer d’avoir accès à leur compte », soutient le porte-parole du SPS.

Appel à la vigilance

Il rappelle que plusieurs programmes s’adressent aux enfants pour les éduquer en matière de pornographie juvénile, mais il fait appel au jugement des parents pour les surveiller.

« Les parents doivent être un filet de sécurité sur les jeunes. Les parents ne sont pas conscients de tout ce qui se passe sur les réseaux sociaux. Quand tu donnes un cellulaire ou une tablette à son enfant, avoir les mots passe est un gros minimum. Tu devrais aller sur les réseaux sociaux pour aller voir avec qui ils parlent. Quelles sont ses conversations? Les parents doivent l’instaurer dès le départ comme une condition d’utilisation aux réseaux sociaux. Je t’avertis, je vais vérifier », signale le porte-parole du SPS.

Le SPS a reçu 23 plaintes en 2017 pour leurre informatique dont 20 suspects différents. En 2016, ce sont 25 plaintes qui ont été enregistrées.

Le SPS dispose de neuf enquêteurs formés en matière de gestes de nature sexuelle.

« Il faut avoir l’aide des parents pour limiter les dégâts. Il se tient un nombre effarant de prédateurs sexuels sur les réseaux sociaux. Les prédateurs sexuels sont des experts de la manipulation à un âge où les adolescents sont facilement influençables. Nos enquêteurs retrouvent dans les contenus des vidéos d’enfant qui font des choses innommables », signale le porte-parole du SPS.

Toute information concernant le dossier de Kyle Pomerleau ou tout autre cas de leurre informatique peut être communiquée au 819-821-5544 ou à Échec au crime ou 1-800-711-1800.