Les gens voulant venir en aide aux sinistrés de la Coopérative d’habitation de la Montagne peuvent contacter la Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie, explique son directeur général, Guillaume Brien.

De 4 à 6 mois d’attente pour des sinistrés de la coop d’habitation

Une impressionnante mobilisation s’est mise en branle à la suite de l’incendie majeur survenu la semaine dernière dans un des immeubles de la Coopérative d’habitation de la Montagne.

La Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie lance un appel à la solidarité dans le but de venir en aide aux sinistrés.

À lire aussi: Une cigarette déposée dans un pot de fleurs a mis le feu

Selon Guillaume Brien, directeur général de la fédération, 12 familles ne pourront réintégrer leur logement avant quatre à six mois. De ce nombre, sept ménages ont déjà trouvé un logement temporaire, mais il reste encore cinq familles à relocaliser.

Les résidants touchés ont besoin de meubles, de vêtements et de jouets. Les dons peuvent se traduire aussi par des sommes en argent, ajoute M. Brien, lors d’un point de presse tenu lundi avant-midi.

« Douze logements ont été plus touchés par l’incendie, mais 24 familles ont dû être relocalisées, explique-t-il. Ça représente 40 personnes dont 12 enfants. »

« Huit familles ont pu revenir dans leur logement, car on a pu rétablir le chauffage en rebranchant l’électricité. On sait aussi que pour quatre autres logements il faudra attendre trois semaines avant de pouvoir les réintégrer. »

On a mis à la disposition des gens voulant participer trois options pour donner. On peut se tourner vers une page Facebook ouverte par la coopérative pour venir en aide à ceux qui ont perdu leur toit. On peut s’adresser directement à la Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie, en composant le 819 566-6303. On a également ouvert un local permettant d’aller directement porter des objets utiles au 1541 de la rue Dunant, de mardi à samedi, de 9 h à 16 h, poursuit Guillaume Brien. Le personnel d’un commerce voisin, le café Boabab, donnera accès au local.

Plusieurs organismes et personnes se sont donné le mot pour venir en aide aux sinistrées. On a vu des membres de la coopérative, des gens de l’école Notre-Dame-du-Rosaire et des élus se mobiliser. Depuis samedi des vêtements, des jouets et d’autres objets utiles ont ainsi été amassés.

« C’est une belle mobilisation », déclare M. Brien. 

« Un représentant d’un assureur est venu sur place et en 28 ans de métier, il n’avait jamais vu pareil élan de solidarité. Il en avait les larmes aux yeux... », ajoute-t-il.

Les locataires des 12 logements les plus touchés étaient assurés, sauf deux, reconnaît M. Brien. Tous les membres d’une coopérative d’habitation doivent être couverts par une police d’assurance. Toutefois, il se peut que des gens négligent de le faire quand le contrat d’assurance est arrivé à échéance, dit le gestionnaire.