Ronald Nolet

D'autres accusations pour le délinquant sexuel Ronald Nolet

Détenu au pénitencier de La Macaza dans Les Laurentides depuis 2017, le délinquant sexuel Ronald Nolet doit répondre de nouvelles accusations de même nature.

Devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec, lundi, Nolet a comparu au palais de justice de Sherbrooke pour répondre de deux accusations relativement à des gestes posés sur une personne mineure à Saint-Sébastien.

À lire aussi: Une victime de Ronald Nolet admet avoir tenté de se faire justice

L’individu de 56 ans de Lac-Drolet est accusé d’incitation à des contacts sexuels et d’attouchements sexuels sur un enfant de moins de 16 ans entre janvier 2015 et janvier 2017.

Le dossier a été reporté au 2 mai prochain au palais de justice de Lac-Mégantic.

Un interdit de contact avec la victime alléguée et les témoins a été prononcé par le tribunal.

« Je n’ai pas d’avocat, mais je veux être représenté », a signalé Nolet qui a finalement mandaté Me Jean-Marc Bénard pour le défendre.

Lors de sa comparution, Nolet a demandé à ce que son dossier soit remis au printemps étant donné qu’il suit des programmes pour les détenus qui ont des origines autochtones.

La procureure aux poursuites criminelles Me Isabelle Dorion s’est opposée à la remise en liberté de Nolet dans ces nouveaux dossiers même s’il est détenu.

En janvier 2017, Nolet a été condamné à sept ans de prison.

Ronald Nolet avait été reconnu coupable d’une vingtaine de chefs d’accusation, dont 15 pour des gestes à caractère sexuel et d’autres pour possession et trafic de drogue et bris de probation.

Les gestes reprochés sont survenus entre 2006 et 2014, à l’endroit de cinq jeunes, quatre filles et un garçon, alors âgés de 11 à 14 ans.

Il a été reconnu coupable de contacts sexuels sur un enfant, d’agression sexuelle sur un adolescent, d’exhibitionnisme et de trafic de stupéfiants envers une personne d’âge mineur. Le procès s’était déroulé à huis clos.