La tempête a considérablement enneigé les routes, provoquant des accidents et sorties de route partout sur le territoire, comme cette collision entre une voiture et une déneigeuse, sur l’autoroute 10.

Danger sur les routes

GRANBY — La température était parfaite vendredi pour rester chez soi et s’emmitoufler dans une couverture en regardant le vent faire vriller la neige. La tempête a laissé sa trace. En 24 h, la région a reçu entre 20 et 40 cm de neige, selon les secteurs. L’accumulation pouvait sembler plus importante, le vent soutenu étant à blâmer.

Dans un entretien téléphonique, le météorologue Jean-Philippe Bégin explique que le vent peut rapidement changer une bordée de neige en tempête et c’est ce qui est arrivé vendredi. 

Au moment de l’entrevue, vers 14 h 45, la région avait reçu entre 15 et 30 cm de neige. De deux à quatre centimètres étaient encore attendus. C’est en montagne et dans les secteurs du sud-est, près de la frontière américaine, que les accumulations de neige ont été les plus imposantes dans la région.

Même si la neige a cessé de tomber, les conditions routières mettront du temps à s’améliorer. Un avertissement de froid extrême est encore en vigueur. « Du froid extrême, c’est dangereux pour les gens qui vont à l’extérieur pour des risques d’engelures, mais ça diminue aussi l’impact des abrasifs sur la route, rappelle le météorologue. La poudrerie ramène également de la neige sur la route. »

Vendredi après-midi, le mercure atteignait les -20 °C avec un refroidissement éolien compris entre -30 et -40. « On parle de froid extrême quand on atteint des valeurs de température ressentie de -38 », précise M. Bégin.

Il est tombé entre 20 et 40 cm de neige dans la région, mais le vent a fait paraître ces accumulations bien pires.

Nombreux accidents

Neige, vent, poudrerie, ces ingrédients étaient réunis pour provoquer des sorties de routes et des accidents. Dans la région, il a été impossible de dénombrer tous les incidents routiers, mais personne n’a été blessé sévèrement. 

Parmi les accidents rapportés, une déneigeuse a été percutée par un véhicule, sur l’autoroute 10 en direction ouest. La collision est survenue près du kilomètre 78, à Bromont. 

La circulation a été perturbée par l’accident et a été déviée via la sortie 78 pour permettre aux services d’urgence d’intervenir sur les lieux. La situation est rentrée dans l’ordre en fin d’avant-midi.

Le conducteur de la voiture a été légèrement blessé, a indiqué Aurélie Guindon, porte-parole pour la Sûreté du Québec.

Vers 12 h 40, deux véhicules sont entrés en collision sur le chemin Benoît, à Shefford. L’un d’eux s’est retrouvé dans le fossé. « Il est possible qu’il y en ait un qui a tenté d’éviter un piéton », ajoute Mme Guindon. Personne n’a heureusement été blessé. 

Le mauvais temps est également à l’origine d’un carambolage ayant impliqué de cinq à dix véhicules sur l’autoroute 10, en direction est, dans le secteur de Marieville. Les premiers dérapages ont eu lieu vers 8 h 30, a indiqué Mme Guindon. La circulation a dû être déviée le temps de remorquer les voitures impliquées. Personne n’a été blessé gravement au cours de l’incident.

À Granby, une autre collision a perturbé la circulation sur le boulevard David-Bouchard, à l’intersection de la rue Reynolds, vers 16 h. « Un premier véhicule circulait sur la route 139 en direction est et n’a pu s’immobiliser au feu rouge, rapporte Caroline Garand, porte-parole du service de police de Granby. Un deuxième véhicule circulait sur Reynolds en direction nord et il y a eu collision entre eux. »

Un homme a été transporté à l’hôpital pour des blessures mineures. 

Mesures à la montagne

Par ailleurs, Bromont, montagne d’expériences a de nouveau pris des mesures pour diminuer sa consommation d’électricité, vendredi. 

En début d’après-midi, la station de ski a d’abord annoncé sur sa page Facebook que les versants des Épinettes et des Cantons fermeraient à 15 h et le versant du Lac, le Mont Soleil, la pente-école et Midi allaient l’être à leur tour à 15 h 30. L’idée était de regrouper tous les skieurs et planchistes sur le versant du Village jusqu’à 22 h 30 puisque la clientèle n’était pas nombreuse. 

« On réduit les activités parce qu’il n’y a pas de clients, explique le grand patron de la station de ski, Charles Désourdy. On ramène tout le monde sur le versant principal. On vient d’avoir un appel (à 11 h 49 précisément) d’Hydro-Québec pour réduire la consommation. C’est rare qu’ils envoient ça à la dernière minute. On paie notre électricité beaucoup beaucoup plus cher l’hiver et Hydro-Québec nous donne la chance d’avoir un crédit de cette surcharge-là si on réduit notre appel de puissance quand ils nous le demandent. »

Cependant, la décision de limiter les versants a été revue vers 17 h, alors qu’on a plutôt décidé de fermer l’ensemble des pistes à 17 h 30.


— Avec la collaboration de Marie-Ève Martel