Olivier Daigle

Daigle prendra position en mai

Accusé d’avoir bénéficié d’un avantage pécuniaire qu’il savait provenir de la prostitution, de menaces et de voies de fait à l’endroit d’une escorte qui était sa conjointe depuis deux mois, Olivier Daigle prendra position dans son dossier en mai.

L’homme de 29 ans était de retour au tribunal, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke.

Le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec a consenti à allonger le couvre-feu de Daigle afin qu’il puisse avoir le temps de se rendre à son travail en matinée.

Il pourra quitter sa résidence à 6 h au lieu de 7 h comme imposé dans ses conditions de remise en liberté.

Les principaux gestes reprochés à Daigle auraient été commis entre le 1er novembre et le 8 janvier derniers.

Daigle fréquentait la victime depuis environ deux mois. Il avait déménagé de Lachine pour emménager chez elle dans le secteur du centre-ville de Sherbrooke. Il prenait l’argent de la victime sous la menace. Il l’aurait menacé de plusieurs façons et aurait même tenté de l’étrangler. C’est la femme qui était sous l’emprise de Daigle qui a contacté les policiers.

Libéré sous condition par le tribunal, Daigle a été arrêté quelques jours plus tard pour avoir communiqué avec son ex-conjointe alors qu’il n’avait pas le droit de le faire.

Daigle aurait demandé à un ami d’envoyer un message texte à la victime alléguée.

Cette information a été transmise au Service de police de Sherbrooke.

Daigle avait été arrêté au palais de justice de Sherbrooke alors qu’il y revenait dans son dossier principal.

Me Karine Arseneault-Sirois de l’aide juridique assure la défense de Daigle.

Daigle reviendra devant le tribunal le 21 mai.