Les marques laissées sur l’asphalte de l’avenue Centrale Sud par le reconstitutionniste de la Sûreté du Québec étaient bien visibles lundi avant-midi à Stratford. La collision est survenue vers minuit.

Cycliste fauché par une camionnette: le conducteur fait face à la justice

Un homme de 40 ans qui circulait à vélo a été happé mortellement par une camionnette de type « pick-up », vers minuit lundi, à l’entrée du village de Stratford.

Le conducteur de la camionnette fait face à des accusations de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool ayant causé la mort. 

Pierre Gosselin, âgé de 57 ans, a comparu lundi après-midi au palais de justice de Sherbrooke. Il reste détenu pour le moment. 

Au moment de l’accident, il était accompagné d’une femme et d’un enfant dans sa camionnette.

L’accident est survenu sur la route 161, à la hauteur du 198 avenue Centrale Sud, dans une zone de 50 km/h. 

M. Gosselin roulait en direction sud lorsqu’il a happé le cycliste. On ignore si l’automobiliste et le cycliste roulaient dans la même direction. Le corps de l’homme aurait été traîné sur quelques mètres. 

La victime est un homme de la région, Jocelyn Debaque. Son décès a été constaté au Centre hospitalier de Lac-Mégantic.

Céline Breton, qui demeure à proximité du lieu de l’impact, écoutait la télévision quand elle a entendu un bruit inhabituel à l’extérieur.

« La fenêtre de ma chambre était ouverte car il faisait chaud. Je suis immédiatement sortie. Le monsieur était par terre et il y avait les trois personnes du camion autour de lui. Ils ont essayé de le ranimer en faisant les manœuvres de réanimation. Ils ont travaillé fort pour ça. Puis les premiers répondants sont arrivés, les policiers, qui ont pris la relève. Et les ambulanciers par la suite. La victime a été conduite à l’hôpital de Lac-Mégantic. J’ai essayé de voir, mais je ne connais pas le cycliste. Pourtant la rue est assez bien éclairée », a-t-elle raconté.


Céline Breton.

« Monsieur [Gosselin] est accusé d’avoir conduit avec plus de 80 milligrammes d’alcool dans son sang et d’avoir causé la mort d’une personne. En ce moment, il manque des preuves d’experts. On peut parler d’une reconstitution de la scène de crime. On va essayer d’avoir le maximum de preuves pour la tenue d’enquête de remise en liberté qui sera ce mercredi », informe Me Isabelle Dorion, procureure aux poursuites criminelles. 

Me Dorion précise que l’homme n’était pas connu des policiers, mais qu’il restera tout de même détenu en raison de la gravité de son geste. 

« Il y a plusieurs critères qui guident notre réflexion pour la remise en liberté. En effet, il y a la protection du public, mais il y a aussi la dénonciation et la dissuasion de ce genre de comportement. L’enquête va éclairer. C’est sérieux ce qui est arrivé. »

Richard Bergeron, un cycliste de Sherbrooke qui passait sur l’avenue Centrale, venait tout juste d’entendre parler du drame lorsque La Tribune l’a croisé lundi matin.

Richard Bergeron

« J’ai appris cette nouvelle par deux cyclistes, un peu plus haut dans le village. On m’a dit que la route était fermée, mais j’ai pris une chance. Ma femme et moi on prend souvent cette route pour faire du vélo, car il y a un bel accotement, assez large qui est plus sécuritaire qu’ailleurs », a confié M. Bergeron.

« Cela me touche qu’un cycliste ait perdu la vie. À toutes les fois, cela nous fait réfléchir, car nous savons que nous sommes au risque que cela arrive. C’est notre loisir principal et nous sommes très prudents. Mais nous avons peur des camions, car ils passent proche de nous, nous aspirent et nous déstabilisent quand ils vont à une certaine vitesse. Mais la noirceur, ce n’est pas pour moi, même si j’ai toujours ma lumière à l’avant et à l’arrière de mon vélo. Le cycliste a été téméraire. Et la boisson ne peut pas être une excuse, on l’entend depuis plusieurs années qu’il ne faut pas conduire en boisson. »

La route 161 a été fermée durant une certaine période de temps, lundi, pour permettre à un reconstitutionniste de la SQ d’éclaircir les circonstances de cet accident. Un long détour par la route 108 a été mis en place, à partir de Stornoway, par le ministère des Transports du Québec.