La procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté avec les inspecteurs Ruben Gutierrez et Tanya Robinson de la SPA-Estrie.

Cruauté animale : Stéphane Houle remis en liberté sous conditions

Stéphane Houle aurait pointé un couteau dans le sternum de la personne qui l'aurait dénoncé pour cruauté envers les animaux.
Un événement que nie l'homme de 46 ans qui est accusé non seulement de crimes envers deux chiens et un chat, mais aussi de gestes de violence envers celui qui l'aurait dénoncé ainsi que contre son ancienne colocataire.
Ce dernier a été libéré sous conditions à la suite de son enquête sur remise en liberté, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke.
Houle est accusé d'introduction par effraction pour y faire des menaces ainsi que de voies de fait armées contre celui qui aurait dénoncé les mauvaises conditions dans lesquelles ses animaux étaient gardés.
De nouvelles accusations de menaces, voies de fait, extorsion, harcèlement et d'entrave à la justice ont aussi été déposées relativement à des gestes posés sur son ancienne colocataire entre novembre 2016 et avril 2017.
C'est la fille de Stéphane Houle qui aurait découvert le piteux état dans lequel se trouvait le chien nommé Nelson.
Selon le résumé de preuve fait par la procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté, Nelson a été retrouvé dans une cage trop petite, sans eau et sans nourriture.
« Il était très maigre et se trouvait dans un état lamentable », a expliqué au tribunal Me Baril-Côté.
La fille de Houle a demandé l'aide d'un ami afin de sortir le chien du logement de la rue Child à Coaticook le 22 avril dernier.
Ce premier événement où le chien a été confié au refuge Le Château, puis à la SPA-Estrie, a mis les enquêteurs sur la piste de Stéphane Houle.
« Je cherchais une manière de le sauver, même si ça en a pas l'air. C'est pour ça qu'il s'est retrouvé au refuge », a assuré Stéphane Houle au tribunal.
Il assure avoir entrepris des démarches pour aider son chien, mais voulait d'abord utiliser son argent pour nourrir sa fille.
À la suite de la découverte de Nelson, la SPA-Estrie a obtenu un mandat de perquisition.
Un autre chien et un chat ont été saisis.
Il est accusé d'avoir fait souffrir inutilement ces trois animaux de compagnie et doit aussi répondre de trois accusations « d'avoir volontairement négligé ou omis de fournir les aliments, l'eau, l'abri et les soins convenables ou suffisants » à deux chiens et un chat.
Stéphane Houle se dit prêt à « laisser aller » les animaux.
La poursuite mentionne que la seule raison pour laquelle elle demandait la détention de Stéphane Houle était pour assurer la sécurité des témoins dans cette affaire.
Plusieurs conditions de remise en liberté ont été émises à Stéphane Houle dont des interdits de contact avec les témoins dans ce dossier ainsi qu'une interdiction de posséder des animaux.
Il a été libéré après avoir déposé 300 $ aux greffes du palais de justice de Sherbrooke.