Crimes de nature sexuelle: ils renoncent à leur enquête préliminaire

Deux individus accusés de crimes de nature sexuelle envers des mineurs ont renoncé, mardi, à la tenue de leur enquête préliminaire à Sherbrooke.
Christopher Groleau devra prendre le temps d'analyser une « offre globale et finale » de règlement faite par le ministère public dans son dossier de leurre informatique d'enfant.
Accusé en décembre 2016, Groleau a opté pour un procès devant un juge de la Cour du Québec. La procureure aux poursuites criminelles au dossier Me Joanny Saint-Pierre a mentionné au tribunal que toute la preuve avait été divulguée dans ce dossier.
L'avocate de la défense Me Christine Lafrance a reporté le dossier au 17 juillet prochain. Depuis le dépôt des accusations, ce dernier a entrepris une thérapie en lien avec sa problématique de déviance sexuelle.
L'homme de 20 ans d'East Angus est accusé de six chefs de leurre informatique sur des personnes de moins de 18 ans et moins de 16 ans ainsi que d'avoir transmis du matériel sexuellement explicite en vue de faciliter un acte criminel.
Dans l'autre dossier de nature sexuelle, Daniel Doyon a aussi remis son dossier en juillet.
Son avocat Me Christian Raymond devra prendre position dans le dossier en son nom le 10 juillet prochain.
Daniel Doyon, de Weedon, a été déclaré apte à comparaître sous des accusations de possession et d'accession à la pornographie juvénile en octobre 2016. C'est aussi Me Joanny Saint-Pierre qui représente le ministère public dans cette affaire.