Me Caroline Monette

Coupable d'importation de 77 kg de cocaïne: Boutin congédie son avocate

Un revirement est survenu jeudi au palais de justice de Sherbrooke dans la cause de Stéphane Boutin, qui avait plaidé coupable en juin 2016 à l'importation de 77 kilos de cocaïne. Après avoir annoncé au juge Conrad Chapdelaine qu'il venait de congédier son avocate, Boutin a laissé entendre qu'il pourrait aussi changer son plaidoyer de culpabilité.
Alors que les procureurs de la défense et de la poursuite s'apprêtaient à demander au tribunal une peine d'emprisonnement, l'avocate de Boutin, Me Caroline Monette, a annoncé au tribunal qu'elle se récusait des dossiers concernant Stéphane Boutin, invoquant la rupture du lien de confiance entre elle et son client.
Lorsque le juge Chapdelaine a demandé au prévenu les raisons qui l'avaient amené à congédier son avocate, et ce, deux ans après le début des procédures intentées contre lui, celui-ci a fait état de ses problèmes de santé :
« J'ai les poumons tout défaits et je ne suis pas encore capable de suivre (NDLR les procédures). Je dois voir mon pneumologue bientôt. Depuis qu'ils m'ont enlevé mon rein, je vais beaucoup mieux. Vous vous rappelez comment j'étais? a-t-il lancé à l'endroit du juge Chapdelaine. J'étais rendu vert. Là, je reprends du pic. Mais lorsque j'ai dit que je plaidais coupable, je n'étais pas en état de faire ça... », a-t-il précisé en laissant entendre qu'il voulait réexaminer son plaidoyer sous les conseils d'un nouvel avocat.
Devant ces explications, le juge lui a accordé un nouveau délai de 30 jours, soit jusqu'au 16 juin, mais non sans lui servir une mise en garde : « Je vous le dis toute de suite : retrait de plaidoyer ou pas, d'ici la fin de l'année 2017, vous allez avoir votre procès et vraisemblablement, s'il y a lieu, votre peine. Vous m'avez bien compris? » Ce à quoi Boutin a répondu par l'affirmative en laissant entendre qu'il allait tenter de se faire représenter par Me Jasmin Laperle en vue de son retour devant la cour le 16 juin.
Le procureur aux poursuites fédéral, Me Guy Fontaine, ne s'est pas opposé au nouveau report, mais il s'est néanmoins montré impatient de clore le dossier qui traine depuis près de deux ans. « La poursuite avait accepté les remises de M. Boutin considérant son état de santé, a-t-il rappelé. Mais là, écoutez, à ce que je sache, il y a des soins de santé qui se donnent dans les établissements pénitenciers, que ce soit au niveau provincial ou fédéral... »
Stéphane Boutin est détenu depuis son arrestation, survenue après une vérification de routine au poste-frontière d'East Hereford, le 6 avril 2015.
Dans sa camionnette, les douaniers ont découvert 52 paquets de cocaïne . La GRC a évalué la quantité de cocaïne saisie à environ 77 kilos, dont la valeur sur le marché illicite se situe à environ 120 000 $ le kilo.
L'homme âgé de 50 ans est sans antécédents judiciaires. Il est détenu à la prison Talbot.