Stéphane Houle

Coupable de cruauté envers les animaux

Stéphane Houle de Coaticook a été reconnu coupable de cruauté envers les animaux.

Le juge Serge Champoux de la Cour du Québec l’a condamné, lundi au palais de justice de Sherbrooke, pour avoir fait souffrir inutilement deux chiens et un chat et de trois accusations « d’avoir volontairement négligé ou omis de fournir les aliments, l’eau, l’abri et les soins convenables ou suffisants » à ces animaux.

Le juge n’a pas cru la version de Houle qui prétendait lors de son procès avoir bien traité ses animaux entre le 15 novembre 2016 et 15 avril 2017, période des infractions reprochées.

Les trois animaux, deux chiens et un chat appartenant à Houle, ont été saisis et confiés à des vétérinaires à la suite de la perquisition effectuée chez lui sur la rue Child en avril 2017.

Lors du procès, les vétérinaires ont affirmé que les trois animaux ont fait l’objet de mauvais traitement.

« Les vétérinaires établissent clairement que ces animaux n’ont pas été traités adéquatement, n’ont pas été nourris convenablement et n’ont pas été gardés dans des lieux adéquats », souligne le juge Champoux.

Houle a prétendu en défense les avoir traités adéquatement. Il a mentionné que ce sont des baisses de revenus qui l’ont contraint à nourrir sa fille de six ans au lieu de ses animaux. Le juge Champoux ne l’a pas cru quand il dit qu’il avait bien nourri ses animaux et qu’ils étaient en forme jusqu’à deux ou trois semaines avant la saisie. Houle avait mentionné avoir donné du steak de chevreuil ainsi que de la tourtière obtenue d’un organisme communautaire à son chien de race Cane corso, Ozzie.

« Le principal problème avec la version de l’accusé se heurte à la réalité de la situation du chien Ozzie. Il aurait pesé entre 70 et 80 livres s’il avait été bien nourri. Il ne pèse que 35 livres lors de l’examen du vétérinaire. Les photos présentées sont éloquentes », estime le juge Champoux.

« En définitive je ne crois rien de ce que prétend l’accusé et ses deux témoins qui ne contredisent aucunement la preuve scientifique présentée. Si une personne doit avoir recours à de l’aide pour se nourrir, il est inacceptable de laisser ses animaux mourir de faim ou de ne pas leur offrir un abri décent et des soins d’hygiène », conclut le juge Champoux.

Ce dernier a retenu le témoignage des représentants de la SPA concernant les mauvaises conditions dans lesquelles les animaux ont été trouvés.

« Il a agi de façon cruelle envers Ozzie en le gardant dans une cage trop petite et en ne le nourrissant presque pas », signale le juge Serge Champoux.

Le moment des observations sur la peine seront fixée mercredi par Me Christian Raymond en défense et Me Émilie Baril-Côté du ministère public.

Le chien de race Cane corso, Ozzie, et le chat avaient été confisqués par le tribunal au début des procédures. L’autre chien de race Pinscher avait été remis à l’un de ses amis.

C’est la fille de Stéphane Houle qui aurait découvert le piteux état dans lequel se trouvait le chien Ozzie.

Il a été retrouvé dans une cage trop petite, sans eau et sans nourriture.

La fille de Houle a demandé l’aide d’un ami afin de sortir le chien du logement de la rue Child à Coaticook le 22 avril 2017.