Dany Côté

Côté condamné à deux ans de prison pour des gestes à caractère sexuel

Dany Côté de Windsor a été condamné à deux ans de prison pour avoir commis divers gestes à caractère sexuel en 2015 et 2016. C’est une plainte d’une adolescente de 11 ans de Sherbrooke qui a mis la puce à l’oreille des autorités relativement à l’individu à l’été 2016.

Gestes de leurre informatique entre le 3 avril et le 11 mai 2016, d’incitation à des contacts sexuels, de leurre informatique entre le 3 janvier 2016 et 29 février 2016, d’avoir transmis du matériel sexuellement explicite à une personne mineure et d’avoir en sa possession de la pornographie juvénile entre le 1er octobre 2015 et 30 juin 2016 que Côté a reconnu, mercredi, devant le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec.
Côté avait envoyé des images à caractère sexuel sur Internet à la sa jeune victime de 11 ans.
C’est la mère de l’adolescente qui a surpris des communications sur Facebook, entre sa fille et un certain « Dan Côté ». Les conversations montraient notamment un homme qui se masturbait.
Un enquêteur de la cybersurveillance a établi un contact avec Côté en disant avoir 13 ans.
L’adolescente a déposé une lettre au tribunal pour parler des conséquences sur sa vie qui sont typiques en matière de leurre informatique. La mère de l’adolescente s’est adressée au juge Vanchestein
« J’ai beaucoup de peine que ma fille elle ait vécu ça. Ce n’est pas normal. Maintenant, lorsqu’elle se promène dans un parc, elle pense que les gens peuvent poser des gestes de pédophilie. C’est dégueulasse », affirme la mère de la victime.
Elle affirme que toute la famille a vécu des conséquences des gestes de Dany Côté.
« En tant que parents, on ne vit pas bien ça. On supervise beaucoup plus maintenant. Ça vient me chercher comme mère. Nous sommes contents d’avoir découvert ce qui se passait parce que ça aurait pu aller beaucoup plus loin », indique la mère qui affirme qu’il était important que Côté soit incarcéré pour les gestes commis.
Dany Côté a aussi reconnu la possession de 34 comprimés de méthamphétamine ainsi que de possession de 9,85 grammes de cannabis lors de la perquisition du 30 juin 2016.
La peine de deux ans de détention tient aussi compte d’autres crimes pour lesquels Côté a plaidé coupable, soit des gestes d’exhibitionnisme en décembre 2015 à Windsor et de recel en janvier 2016,
Côté se masturbait devant sa fenêtre située dans un quartier où jouent des enfants, alors qu’une femme qui se promenait avec ses enfants. Elle a porté plainte.
Dans le dossier de recel, Côté a acheté du matériel qu’il savait avoir été volé.
La peine a été imposée à la suite d’une suggestion commune de la procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre et l’avocat de la défense Me Christian Raymond.
Une probation de trois ans avec un suivi de deux ans a été imposée à Dany Côté où il ne pourra communiquer avec les victimes et leurs familles et se trouver à moins de deux kilomètres du lieu de résidence de sa victime.
L’individu avait suivi une thérapie fermée de trois mois à la suite de son arrestation. Il devra suivre toute nouvelle thérapie imposée dans le cadre de sa probation.
Son nom sera inscrit au registre des délinquants sexuels pour le reste de ses jours.