Originaire de la région de la Lorraine en France, Claude-Auguste Piant a été arrêté au lendemain de son arrivée à Sherbrooke, le 11 septembre 2016.

Claude-Auguste Piant bientôt libéré?

Condamné à 30 mois de prison pour une affaire d'inconduite sexuelle avec une adolescente de 15 ans en décembre 2016 à Sherbrooke, Claude-Auguste Piant devrait se présenter devant la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) au cours des prochaines semaines.
Ce ressortissant français de 62 ans est détenu au pénitencier de Dorchester au Nouveau-Brunswick où devrait se dérouler son audition devant la CLCC.
Piant sera éligible à une libération conditionnelle complète au tiers de sa peine soit le 27 août prochain.
S'il n'y renonce pas, Piant doit être entendu devant la CLCC dans la semaine du 17 juillet prochain à la prison fédérale où il est détenu à une quarantaine de kilomètres de Moncton.
Une relation avec une adolescente de 15 ans
Claude-Auguste Piant était venu au Québec pour entreprendre une relation avec une adolescente de 15 ans.
Il a admis sa culpabilité aux accusations de leurre informatique, d'incitations à des contacts sexuels et de contacts sexuels sur une personne âgée de moins de 16 ans, de même que de production et de possession de pornographie juvénile et d'avoir transmis du matériel sexuellement explicite à une personne de moins de 18 ans.
Les faits reprochés à Claude-Auguste Piant se sont produits entre mai 2015 et septembre 2016, après sa rencontre virtuelle avec une adolescente de 14 ans de Sherbrooke sur un site de jeu en ligne.
Originaire de la région de la Lorraine en France, Piant a été arrêté au lendemain de son arrivée à Sherbrooke, sur le terrain de la résidence familiale de l'adolescente, le 11 septembre 2016.
Claude-Auguste Piant a confirmé aux policiers qu'il était prêt à avoir une relation sexuelle complète avec l'adolescente qu'il était venu rejoindre à Sherbrooke même s'il la savait mineure.
Même s'il est remis en liberté par la CLCC, Piant ne sera pas libre comme l'air.
Si l'on se base sur les lois canadiennes, Claude-Auguste Piant sera pris en charge par l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) dès sa sortie de prison avant d'être expulsé du pays.
Sans commenter ce cas précis, l'ASFC expliquait au lendemain de l'imposition de la peine à Piant que « les étrangers reconnus coupables d'avoir commis des actes criminels ont droit à une application régulière de la loi. Ils doivent purger leur peine avant d'être renvoyés du Canada », explique l'Agence des services frontaliers du Canada.
Une suggestion commune pour Ronald Bailey
Une suggestion commune de peine de détention devrait être présentée au tribunal dans le dossier de l'abuseur sexuel Ronald Bailey de Magog.
Bailey était de retour au tribunal, lundi, au palais de justice de Sherbrooke pour fixer le moment des observations sur la peine.
L'avocate de la défense Me Stéphanie Marcoux, qui représentait Me Patrick Fréchette au tribunal, a remis le dossier au 20 juillet prochain.
Les quatre victimes dans cette affaire tiennent à se faire entendre devant le tribunal afin de témoigner des conséquences des gestes commis par Bailey à leur endroit.
En janvier dernier, Ronald Bailey a reconnu les gestes commis sur les quatre victimes alors que son procès venait de s'amorcer.
Il a reconnu sept chefs d'accusation de contacts sexuels et d'incitation à des contacts sexuels sur quatre garçons âgés de 7 à 13 ans entre 1996 et 2011.
Au fil des ans, Bailey avait établi des liens de confiance avec les victimes. Il a reconnu avoir profité de cette situation pour assouvir ses pulsions sexuelles avec ces quatre jeunes garçons.
Ronald Bailey a déjà été condamné à purger 47 mois de prison en septembre 2008 dans une affaire de drogue.
C'est Me Joanny Saint-Pierre qui représente le ministère public dans cette affaire.