Frédéric Beaudoin tente de se soustraire aux caméras au palais de justice de Sherbrooke.

Cinq jours pour compléter le procès de Frédéric Beaudoin

Cinq jours seront nécessaires pour compléter le procès pour leurre informatique du Magogois Frédéric Beaudoin.
L'homme de 32 ans était de retour, lundi, au palais de justice de Sherbrooke, pour fixer la date pour la tenue de la fin de son procès.
Arrêté pour leurre informatique auprès de sept jeunes filles âgées de 14 à 16 ans en avril 2016, Beaudoin a subi les trois premiers jours de son procès relativement à 25 victimes alléguées.
Beaudoin aurait utilisé Facebook pour solliciter les services de gardiennes ou pour faire du ménage afin d'attirer les adolescentes à son logement du chemin du Ruisseau-Rouge à Magog.
Une victime alléguée a aussi été entendue la semaine dernière. Elle aurait été attirée chez Beaudoin pour une affaire de vente d'un téléphone cellulaire.
Deux plaignantes doivent encore témoigner devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec dans le cadre de ce procès. Trois témoignages vidéo doivent aussi être présentés devant le tribunal lors de ces cinq jours d'audience retenus du 16 au 20 octobre prochain.
Un débat en droit se déroulera par la suite, alors de la procureure aux poursuites criminelles Me  Joanny Saint-Pierre et l'avocat de la défense Me Guy Plourde doivent présenter leurs arguments.
Débat
La défense conteste l'admissibilité en preuve de même que le caractère libre et volontaire de la déclaration que Beaudoin a fourni aux enquêteurs de la Régie de police Memphrémagog.
Un débat sur la notion de faits similaires relativement à l'intention de Beaudoin sera par la suite entendu devant le tribunal.
Cinq adolescentes ont été entendues lors des trois premiers jours du procès qui s'est déroulé la semaine dernière.