Un individu aurait été arrêté sur un terrain de Chesterville, selon un témoin.
Un individu aurait été arrêté sur un terrain de Chesterville, selon un témoin.

Chasse aux voleurs à travers l’Estrie

Des voleurs ont tenu les agents de la Sûreté du Québec en haleine, dimanche. Après avoir bousculé un agent de sécurité du Walmart du Plateau Saint-Joseph pour y commettre un vol à l’étalage, les truands, armés, auraient commis de nombreux crimes dans des municipalités voisines, dont les vols de deux véhicules.

Le Groupe d’intervention tactique a été déployé et les deux suspects ont été arrêtés.

Après Sherbrooke, les suspects sont passés à Windsor, Stoke, Ascot Corner, Weedon, Scotstown et Saints-Martyrs-Canadiens.

« Ils ont commis plusieurs infractions sur leur route », exprime la porte-parole de la SQ, Valérie Beauchamp. Personne n’a été blessé dans les événements. L'enquête se poursuit.

Selon des témoins, des coups de feu auraient été tirés.

Bijouterie

Les deux malfaiteurs ont tenté de voler la Bijouterie Lussier de Windsor. C’est l’ancien propriétaire du commerce, Claude Lussier, qui a surpris les voleurs par hasard. Alors que ceux-ci s’amenaient avec des outils afin de briser les vitres de l’établissement, M. Lussier, qui était dans son garage à proximité du commerce, s’est amené en criant, faisant fuir les voleurs. 

« J’ai été chanceux, je venais d’arriver en moto et j’étais assis dans le fond du garage. J’ai vu les gars arriver avec leur Jetta rouge et leurs gros masques avec des squelettes dessinés en avant. Je me suis dit : “ils prennent ça au sérieux, le coronavirus!” » explique l’ancien commerçant.

En se dirigeant vers le commerce pour avertir les rôdeurs qu’il était fermé, l’ancien propriétaire a vu le chauffeur sortir du véhicule avec un marteau. « J’ai sorti mon téléphone pour essayer de prendre des photos et j’ai commencé à crier après eux. Je suis arrivé d’un pas assez franc. Après le troisième vol, tu te fous du marteau. Quand le gars m’a vu, il est rentré dans son auto. Son ami a sauté dans la voiture. J’ai pris le numéro de la plaque pour le donner aux policiers », raconte l’homme qui a même donné un coup de pied sur la voiture des fuyards. 


« Je n’aurais pas aimé qu’il se mette à taper avec un marteau sur mon père. »
Guillaume Lussier

Le fils de Claude Lussier et actuel propriétaire du commerce, Guillaume Lussier se considère chanceux, puisque son père et son commerce s’en sortent indemnes. « Ils auraient fait beaucoup de dommage, exprime le commerçant. On est bien blindés, mais ils auraient fait du grabuge qui n’est pas nécessaire. »

« Par chance, ils n’ont pas réagi, enchaîne-t-il. Ça aurait pu tourner des deux bords. Je n’aurais pas aimé qu’il se mette à taper avec un marteau sur mon père. »

Autre vol

Au cours de sa carrière, Claude Lussier a été victime de quelques autres vols. Le plus important s’est passé vers la fin des années 1990, alors qu’un voleur armé d’un fusil à pompe coupé s’était amené dans son établissement. « Deux voleurs étaient rentrés, mais on avait eu le temps d’appuyer sur le bouton panique, se rappelle le retraité. Le gars voulait avoir l’argent. Je lui ai montré la caisse et ça l’a fâché. Il a voulu donner un coup de fusil sur le comptoir, mais il avait le doigt sur la détente, alors il a tiré et tout a éclaté. En réalité, il n’a pas vraiment voulu tirer, mais ç’a adonné comme ça. »

Mais Claude Lussier dit ne jamais avoir eu peur, ni dimanche ni dans les années 1990. « L’adrénaline monte dans le plafond. Quand tu as travaillé durant 40 ans de ta vie, tu te dis qu’il vole ta retraite, ta pension, ton avenir. C’est comme ça. Je me dis que je vais mourir quand ça va arriver. Oui c’est des biens, mais je défendais les biens de mon gars », résume Claude Lussier.