Après avoir passé une grande partie de l'été en prison pour avoir provoqué un certain chaos dans le secteur de la rue Léger à Sherbrooke au début du mois de juillet, Donald Gaudette connaîtra son sort mardi au palais de justice de Sherbrooke.

Chaos sur la rue Léger: Gaudette connaîtra sa peine aujourd'hui

Après avoir passé une grande partie de l'été en prison pour avoir provoqué un certain chaos dans le secteur de la rue Léger à Sherbrooke au début du mois de juillet, Donald Gaudette connaîtra son sort mardi au palais de justice de Sherbrooke.
Gaudette a reconnu plusieurs accusations, vendredi dernier, allant du délit de fuite, à la conduite de conduite dangereuse en passant par la fuite des policiers, la conduite avec les capacités affaiblies et le refus de fournir un échantillon de sang.
Ce dernier se trouvait à quelques jours de finir une peine de détention dans la collectivité lorsque les faits en cause sont survenus.
Le 4 juillet dernier vers 17 h, Gaudette a d'abord provoqué un accident à l'intersection de la rue Léger et du boulevard Bourque. Il a pris la fuite une première fois. L'automobiliste est revenu sur les lieux quelques minutes plus tard. Mais lorsqu'un patrouilleur du Service de police de Sherbrooke a voulu l'interpeller, le chauffard a pris la fuite.
Les policiers l'ont pourchassé et le fuyard a terminé sa course contre un poteau à l'intersection de la rue Léger et du boulevard Industriel. Gaudette a été conduit au CHUS pour soigner ses blessures. Visiblement intoxiqué par l'alcool, les policiers l'ont contraint à fournir un échantillon de sang, mais il a refusé.
Gaudette avait effectué plusieurs dépassements illégaux et roulé à haute vitesse dans un secteur à haute densité de circulation à l'heure de pointe.
Son avocat Me Christian Raymond a demandé au tribunal d'imposer à son client une peine de prison discontinue et des travaux communautaires tandis que Me Isabelle Dorion du ministère public a demandé qu'il purge de 12 à 15 mois de prison.
La juge Claire Desgens de la Cour du Québec doit imposer, mardi, la peine dans ce dossier.
Donald Gaudette purgeait une peine de détention de 12 mois à purger dans la collectivité pour agression armée et menaces lorsqu'il a décidé d'enfreindre ses conditions. Sa peine de détention expirait le 10 juillet dernier.
Une remise en liberté sous condition lui a été refusée à la mi-juillet dans son nouveau dossier, ce qui fait en sorte qu'il est détenu depuis près de deux mois.