Ce n’est pas le temps de gravir le mont Orford, dit la RPM

Des citoyens continuent de fréquenter les installations du Mont-Orford malgré les recommandations d’urgence sanitaire en cette période de propagation du coronavirus.

La Régie de police de Memphrémagog (RPM) rappelle à la population que toutes les stations de ski et les lieux récréatifs sont fermés au Québec.

« Ces deux montagnes sont des endroits privés ouverts au public, mais les propriétaires interdisent l’accès, car il n’y a plus de personnel en place pour répondre aux appels de secours », commente Nathalie Fréchette, lieutenante intérimaire à la RPM.

« Leur compagnie d’assurances a avisé les propriétaires qu’ils ne sont plus couverts s’il y a des incidents qui se produisent sur leur terrain. Il y a des préposés au pied de la montagne pour interdire aux gens de monter, mais ils n’écoutent pas les consignes. On nous rapporte des argumentations inutiles. »

La RPM demande aux citoyens de respecter ces consignes en ne se rendant pas au mont Orford et au mont Giroux. Les contrevenants s’exposent à une amende de 78 $ dollars s’ils ne respectent pas les consignes. Rappelons que la station touristique du Mont-Orford a cessé ses activités de glisse temporairement dimanche dernier.

Des gens s’aventurent dans la montagne pour marcher ou pour pratiquer le ski de montagne, communément appelé skimo.

« Ce n’est pas le temps d’être téméraire et de faire sortir les équipes d’urgences de policiers, de pompiers et d’ambulanciers afin de secourir des gens en montagne, ajoute Mme Fréchette. Il faut réveiller le monde! Ce n’est pas le temps non plus d’engorger le système de santé pour une foulure d’une cheville par exemple. »

« C’est la même chose sur les routes. Il faut lever le pied pour éviter les accidents qui provoqueraient des blessures et des déploiements d’équipes d’urgence et de la santé. »