Braquage de domicile: une jeune femme passera 16 mois en prison

Une jeune femme sans antécédent judiciaire qui a trempé dans une affaire de braquage de domicile en octobre 2015 passera seize mois en prison.

Détenue depuis le 11 octobre dernier, Jade Thiboutot s'est vu imposer cette première peine de prison, mardi, au palais de justice de Sherbrooke pour des gestes reconnus en mars dernier.

Elle avait plaidé coupable à des accusations de vol qualifié, complot pour vol qualifié, extorsion et complot pour extorsion.

C'est pour aller collecter une dette chez son ancien colocataire que Jade Thiboutot s'est présentée sur la rue de l'Escarpe avec Sébastien Lussier et Philippe Raîche-Fortier le 24 octobre 2015.

Lors des événements, Lussier a cassé une assiette sur la tête de la victime et s'est chargé de voler des articles dans le logement dont une console de jeux ainsi qu'un ordinateur portable.

La victime a été frappée à plusieurs reprises au visage lors des événements. Elle a réussi à se défaire de l'emprise de ses agresseurs en s'emparant d'un couteau à légumes.

C'est par la complicité que Jade Thiboutot a été impliquée dans cette affaire parce qu'elle n'a pas touché à la victime ou volé d'objet dans le logement.

« J'espère qu'après cette période de réflexion, vous allez pouvoir vous ressaisir. J'ai noté que vous semblez être une personne travaillante. N'eût été votre consommation, vous ne seriez pas où vous êtes en ce moment et vous n'auriez pas été entourée de personnes exerçant sur vous une mauvaise influence. Vous avez le temps de rebondir à l'âge que vous avez », a signalé à l'accusé le juge Conrad Chapdelaine en imposant la peine à Jade Thiboutot.

En plus de la peine de 16 mois imposée à la suite d'une suggestion commune de Me Christian Raymond et Me Nathalie Robidoux du ministère public, le juge Chapdelaine a imposé une probation de trois ans avec un suivi de 18 mois.

Le rapport présentenciel préparé dans le dossier de Jade Thiboutot décrivait ses problèmes de consommation et de comportement.

Sa collaboration mitigée, son peu d'empathie envers la victime et le fait qu'elle minimise la gravité des gestes et sa consommation d'alcool ont été retenus comme facteurs aggravants.

Me Robidoux a souligné que les facteurs de dénonciation et de dissuasion devaient primer dans l'imposition de la peine même si elle se trouve dans « le bas de la fourchette ».

Dans cette affaire, Lussier avait écopé de trois ans de prison. L'autre individu impliqué, Philippe Raîche-Fortier, avait été condamné à 54 mois de prison.

Jade Thiboutot a été arrêté alors qu'elle se trouvait en bris de conditions en attente de l'imposition de sa peine.