Justin Lyons

Braquage de domicile : le SPS recherche un autre individu

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) croit qu'un autre individu a été impliqué dans l'affaire de braquage de domicile survenu dimanche soir dans l'arrondissement de Lennoxville.
Le SPS a lancé un avis de recherche afin de retrouver Justin Lyons, un homme de race blanche âgé d'environ 20 ans.
Il s'agirait du troisième suspect impliqué dans cette affaire, après Éric Moore et l'ex-conjointe de la présumée victime dans ce dossier. Les deux individus ont été arrêtés mardi.
Rappelons que le SPS soupçonne qu'un complot pourrait se cacher derrière cette affaire de braquage de domicile motivé par une histoire de vengeance survenue dans un logement de la rue College.
Depuis le début, mentionne Samuel Ducharme, porte-parole du SPS, on croit qu'un autre individu était présent lors de l'événement. L'occupant du logement a été battu à coups de poing.
« Les enquêteurs ont tenté d'entrer en contact avec lui, mais ça n'a pas fonctionné », dit-il. « Nous avons obtenu un mandat contre M. Lyons de la Cour du Québec. »
Justin Lyons est donc recherché pour diverses accusations en lien avec cette affaire, ajoute Samuel Ducharme. L'homme aux cheveux bruns, plutôt mince, mesure 1,89 mètre. Il parle anglais. Lyons n'est pas connu des policiers.
Même si un avis de recherche avait été lancé contre lui par la police, mercredi après-midi, la page Facebook de Justin Lyons était active à ce moment, a pu constater La Tribune. On peut y remarquer des messages et vidéos violentes.
Quiconque ayant des renseignements pouvant aider à retracer Lyons peut communiquer avec la Division des enquêtes criminelles du SPS au 819 821-5544 ou au 819 821-5555.
Psychiatrie légale
Rappelons que Éric Moore a été confié au département de psychiatrie légale du CHUS après avoir été traduit devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, mardi, au palais de justice de Sherbrooke.
L'homme de 22 ans se serait présenté au logement de la rue College vers 22 h, dimanche soir. Masqué par un foulard sur le visage, il se serait introduit par effraction. Sur place, Moore aurait battu à coups de poing l'occupant.
Moore doit faire face à des accusations d'introduction par effraction pour y commettre un acte criminel, de voies de fait graves et de port de déguisement dans un dessein criminel.
L'avocat de la défense Me Marc-André Champagne de l'aide juridique a demandé au tribunal que son client soit évalué relativement à son aptitude à faire face aux procédures judiciaires. C'est Me Laila Belgharras qui représente le ministère public dans cette affaire.
Le dossier d'Éric Moore a été reporté au 1er août.
Concernant l'ex-conjointe de la présumée victime, la jeune femme a été libérée sous promesse de comparaître ultérieurement.