Bianka Lizotte

Bianka Lizotte ne pourra pas être en présence d’animaux

« Il est clair que ce couple ne doit pas être en présence d’animaux domestiques ni de près ni de loin. »

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a refusé, lundi, d’alléger une condition imposée à Bianca Lizotte de Magog.

À LIRE AUSSI: Cruauté envers les animaux et méfait à Magog : la prison pour Heath et Lizotte

Condamnée à neuf mois de prison pour cruauté envers les animaux, la femme de Magog demandait de pouvoir rester, à sa sortie de prison, chez ses parents où vivent deux chiens. Son conjoint William Heath a écopé de quinze mois de prison.

Lizotte doit aussi respecter les conditions d’une probation de deux ans où elle ne peut pas être en présence d’animaux. Pour le moment, Bianka Lizotte n’a pas d’adresse à présenter à la commission des libérations conditionnelles afin d’être remise en liberté.

« J’ai rendu une peine significative dans ce dossier qui traduit la négligence et l’insouciance à l’égard d’animaux domestiques. C’est un des pires cas de négligence que j’ai vus devant la Cour. Lorsque l’on impose de telles conditions de probation c’est dans un but de protection des animaux domestiques (...) C’est louable de la part des parents de vouloir aider leur fille, mais il existait d’autres alternatives pour les animaux domestiques », a soulevé le juge.

C’est par des jurons émis à voix basse, mais audibles jusqu’à l’avant de la salle d’audience, que le père de Bianka Lizotte a accueilli la décision.

L’avocat de la défense Me Jean-Marc Bénard avait déposé une requête pour alléger la condition de ne pas être en présence d’animaux pour que Bianka Lizotte puisse habiter chez ses parents.

William Heath et Bianka Lizotte ont reconnu le 25 mars avoir négligé de fournir des aliments et des soins convenables et suffisants à des animaux dont ils étaient propriétaires. En février 2018, deux chiens du couple ont été retrouvés morts dans un congélateur dans la résidence qu’ils louaient sur la rue Stanley à Magog. Sept autres chiens en liberté se trouvaient dans la résidence qui a été lourdement endommagée par la présence des animaux laissés pratiquement à eux-mêmes pendant quelques semaines. Des dommages de plus de 60 000 $ avaient été constatés.

De l’urine et des excréments d’animaux avaient été laissés sur le plancher, alors que les portes et les moustiquaires avaient été grugés.

C’est seulement par les médias que les parents de Bianka Lizotte ont appris l’état du logement de leur fille et des détails des événements de cruauté envers les animaux.

Appelée à témoigner, la mère de Bianka Lizotte ignorait que sa fille et Heath avaient laissé le robinet ouvert pour permettre aux animaux de boire, ce qui a causé un dégât d’eau dans le logement.

« Elle avait trop d’animaux. Je veux que ma fille se replace le plus rapidement possible. Je veux qu’elle se sente en sécurité. Elle ne peut se trouver un appartement en raison de la médiatisation de cette affaire », a mentionné la mère de Bianka Lizotte.