Benjamin Roy fait face aux accusations de fraude, de possession de biens de la criminalité et de fabrication de faux documents.

Benjamin Roy prêt à plaider coupable pour trafic de véhicules volés

Inculpé de près de 70 accusations en lien avec le trafic de véhicules volés, Benjamin Roy de Sherbrooke devrait plaider coupable à son retour devant le tribunal à l’automne.

L’homme de 40 ans était de retour, vendredi, devant la juge Ann-Mary Beauchemin de la Cour du Québec.

« Mon client doit compléter certains devoirs avant de plaider coupable. C’est toujours dans son intention de le faire », a signalé l’avocat de la défense Me Jean-Marc Bénard au tribunal.

« Il reste quelques détails à fignoler », a ajouté le procureur aux poursuites criminelles, Me Louis Fouquet.

Benjamin Roy, qui était présent au palais de justice de Sherbrooke, est accusé de gestes qui se seraient déroulés entre 2012 et 2015.

Il a acquiescé à ce que son avocat expliquait devant le tribunal.

Benjamin Roy fait face aux accusations de fraude, de possession de biens de la criminalité et de fabrication de faux documents.

Il pourrait reconnaitre les accusations au début octobre prochain au palais de justice de Sherbrooke.

Faux contrats

Roy est accusée de s’être servi de documents contrefaits pour revendre des voitures, camionnettes, pelles mécaniques et roulottes volées dans plusieurs régions, dont l’Estrie, la Montérégie, Montréal et Ottawa.

Il utilisait de faux contrats de vente, faux certificats d’immatriculation et d’inspection mécanique pour faire le trafic de véhicules.

Les véhicules étaient transportés vers le Nouveau-Brunswick puis retournés en Ontario pour être immatriculés. Ils revenaient ensuite au Québec pour un changement de plaque d’immatriculation. Ils étaient ensuite revendus.

Des camionnettes Ford F-150, GMC Sierra, Chevrolet Silverado, des pelles mécaniques BobCat E -35 ou Kubota ainsi qu’une roulotte de FlagStaff Forest River ont été transigés durant cette période.

Cette longue enquête, qui a été menée par le Service de police de Sherbrooke, a permis le dépôt des accusations en octobre 2018.

Le père de l’accusé, qui était accusé d’une dizaine de dossiers semblables, a obtenu une absolution inconditionnelle après avoir plaidé coupable.