Frédéric Beaudoin

Beaudoin plaide coupable d’avoir filmé une jeune femme à son insu

Déjà condamné pour des crimes de leurre informatique sur 25 victimes, Frédéric Beaudoin de Magog a plaidé coupable à une accusation d’avoir filmé une jeune femme à son insu.

La « copine » de Beaudoin avait 17 ans, ou peut-être 18 ans selon le ministère public, lorsqu’elle est devenue une victime de Beaudoin.

Lire aussi: Frédéric Beaudoin conteste sa déclaration

Frédéric Beaudoin subit son procès

Devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec, jeudi, Beaudoin a plaidé coupable à une accusation de voyeurisme. Il a reconnu qu’entre le 1er novembre 2015 et 29 février 2016, il a filmé une femme à son insu ainsi que le trafic de cannabis.
Pendant que la jeune femme était à la salle de bain, Beaudoin avait positionné son téléphone cellulaire afin qu’il puisse filmer pendant qu’elle lui faisait une fellation.
Jamais la victime n’avait été informée par Beaudoin de ses intentions.
C’est à la suite de la perquisition chez Beaudoin dans le cadre du leurre informatique que les policiers l’ont informé de ces gestes.
« Il faut comprendre qu’il s’agit d’un seul événement. Le vidéo n’a pas été distribué. Il ne s’en est jamais servi. Il admet d’avoir filmé la jeune femme à son insu après lui avoir donné du cannabis », a expliqué l’avocat de la défense Me Guy Plourde.
La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre a demandé la rédaction d’un rapport complémentaire avec le reste des dossiers pour lesquels Beaudoin a été reconnu coupable.

Transports
Frédéric Beaudoin a été incarcéré en janvier après avoir été reconnu coupable de leurre informatique auprès de 25 adolescentes au début du mois de décembre 2017. Il est transféré régulièrement en détention depuis son incarcération. Son avocat Me Guy Plourde a indiqué qu’une douzaine de transports avaient été nécessaires
La juge a ordonné que Beaudoin soit gardé à Sherbrooke afin de faciliter les communications avec son avocat.
Beaudoin a utilisé la messagerie privée Messenger de Facebook pour solliciter les victimes. L’accusé demandait aux adolescentes de venir garder, alors qu’il n’a pas d’enfant. Il tentait aussi de les attirer sous prétexte de venir faire du ménage chez lui ou de leur vendre des cellulaires.
Le dossier de voyeurisme a été traité en parallèle avec l’affaire de leurre informatique.
L’avocat de Frédéric Beaudoin, Me Guy Plourde, a annoncé qu’il contestera les peines minimales qui doivent être imposées à Beaudoin dans ses divers dossiers à caractère sexuel.
Selon le Code criminel, le leurre informatique est passible d’une peine minimale d’une année de prison pour chacune des victimes.
Me Plourde devait déposer sa requête incessamment. Contestation qui sera fixée le 25 avril prochain. Elle pourrait durer environ trois jours.