Antoni Bergeron

Antoni Bergeron restera détenu

Antoni Bergeron a franchi un petit pas dans l’évolution de son dossier en renonçant à son enquête sur remise en liberté.

Antoni Bergeron est accusé d’agression sexuelle et de tentative de meurtre en tentant de noyer sa victime à Danville. L’homme de 25 ans est détenu depuis le début du mois de décembre 2017 après avoir fait vivre une nuit d’horreur à une femme de 33 ans.

Lire aussi: Remise en liberté: Bergeron attend de nouvelles preuves

Des accusations plus graves pour Antoni Bergeron

Nuit d’horreur pour une femme de Danville

Après plus de six mois de tergiversations et avoir fixé son enquête sur remise en liberté à deux reprises, Bergeron a annoncé, lundi, à la juge Julie Beauchesne de la Cour du Québec qu’il voulait rester détenu.

« À la suite de discussions avec mon client, nous avons convenu qu’il allait rester détenu », a expliqué l’avocate de la défense, Me Stéphanie Marcoux.

L’avocate de la défense souhaite obtenir certains éléments de preuve et analyser certaines options.

« Le dossier comporte une problématique particulière, de là les nombreuses remises », a expliqué la procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre.

Après s’être assurée des intentions de Bergeron, la juge Beauchesne a ordonné son incarcération jusqu’à la fin des procédures judiciaires.

C’est en réponse à une annonce placée sur le site Kijiji que l’agresseur s’est rendu chez celle qui deviendra sa victime. Bergeron se serait présenté au domicile de Danville où il y avait une chambre à louer.

Antoni Bergeron aurait utilisé une arme pour agresser sexuellement la victime. Au cours de l’agression, il aurait tenté de la noyer dans le bain de la résidence de Danville. Avant de quitter, Bergeron aurait volé divers objets dont un sac à main et un cellulaire.

L’individu de 25 ans aurait pris la fuite dans le véhicule de la victime, ce qui a permis à la police de le retrouver à Warwick.

À la mi-décembre, la Sûreté du Québec avait annoncé qu’une seconde victime s’était manifestée en lien avec une agression sexuelle qui serait survenue à Québec au cours de l’automne.

La Sûreté du Québec cherche à relier Bergeron à d’autres gestes semblables qui auraient été commis au cours des derniers mois.

Le dossier présentement devant le tribunal a été reporté au 6 septembre prochain.