Antoni Bergeron plaidera coupable d’avoir fait subir l’enfer à sa victime

Accusé de tentative de meurtre lors d’une agression sexuelle en tentant de noyer sa victime à Danville, Antoni Bergeron réglera ses comptes avec la justice au début de 2019.

L'homme de 26 ans est détenu depuis plus d’une année après avoir fait vivre une nuit d'horreur à une femme de 33 ans en décembre 2017.

À lire aussi: Antoni Bergeron restera détenu

Un autre avocat pour défendre Antoni Bergeron

Devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec, mercredi, Bergeron n’a pas manifesté d’opposition lorsque les avocats au dossier ont annoncé qu’un procès allait être évité et qu’il allait plaider coupable.

« Nous avons eu plusieurs discussions dans le dossier. Il y a eu trois avocats au dossier, mais nos discussions ont avancé. Nous sommes à quelques allégués de s’entendre sur une trame factuelle commune. Nous échangeons sur des tecnicalités », a expliqué la procureure aux poursuites criminelles, Me Joanny Saint-Pierre.

L’avocat chargé de la défense de Bergeron, Me Marc-André Beaulieu a confirmé que les négociations pour régler le dossier étaient très avancées et que Bergeron devrait plaider coupable en janvier 2019.Les avocats ont fixé au 29 janvier 2019 le moment du plaidoyer de culpabilité et des observations sur la peine.

En octobre dernier, Antoni Bergeron avait renoncé  à son enquête sur remise en liberté.

Antoni Bergeron

LES FAITS

C'est en réponse à une annonce placée sur le site Kijiji que l'agresseur s'est rendu chez celle qui deviendra sa victime. Bergeron se serait présenté au domicile de Danville où il y avait une chambre à louer.

Antoni Bergeron aurait utilisé une arme pour agresser sexuellement la victime. Au cours de l'agression, il aurait tenté de la noyer dans le bain de la résidence de Danville. Avant de quitter, Bergeron aurait volé divers objets dont un sac à main et un cellulaire.

L'individu alors âgé de 25 ans aurait pris la fuite dans le véhicule de la victime, ce qui a permis à la police de le retrouver à Warwick.

À la mi-décembre 2017, la Sûreté du Québec avait annoncé qu'une seconde victime s'était manifestée en lien avec une agression sexuelle qui serait survenue à Québec au cours de l'automne.

La Sûreté du Québec cherchait alors à relier Bergeron à d'autres gestes semblables qui auraient été commis, mais aucune accusation n’a été déposée.