André L’Espérance

André L'Espérance: le Groupe Frappier déplore la décision de la Couronne

SHERBROOKE — Le patron du Groupe Frappier se dresse contre la décision de la Couronne de laisser tomber la poursuite contre l’homme d’affaires estrien André L’Espérance.

Yvan Frappier soutient que cette décision n’a « aucun sens ni aucune logique », réagissant à distance au lendemain de ce coup de théâtre survenu au palais de justice de Sherbrooke lundi.

À lire aussi: La Couronne abandonne la poursuite contre André L’Espérance

Rappelons que les accusations portées contre l’homme d’affaires André L’Espérance pour vol et fraude de plus de 5000 $ ont été abandonnées. Lundi, la Couronne a déposé un arrêt des procédures dans le dossier.

L’avocat de M. Frappier, Me Jean-Pierre Rancourt, s’est dit en désaccord avec cette décision, compte tenu des étapes qui ont eu lieu dans ce dossier depuis plusieurs mois. Deux juges avaient considéré que la preuve était suffisante pour tenir un procès.  

 « Je suis d’accord avec lui pas parce que c’est mon avocat, mais parce que c’est une décision qui n’a aucun sens, aucune logique. Deux juges ont confirmé qu’il y avait matière à procès. Le procureur de la couronne a-t-il jugé que ces juges étaient incompétents? », demande M. Frappier se trouvant présentement à l’extérieur du pays.

« C’est à n’y rien comprendre. Pour un coup de théâtre, c’en est tout un! »

Yvan Frapper souhaitera avoir des réponses à ses questions. « Pourquoi le refus de la police de Magog d’enquêter? Pourquoi la procureure a été refusée du revers de la main? Pourquoi avoir conclu qu’il n’y avait pas matière à procès? », demande-t-il.

« J’ai discuté avec des gens d’affaires et personne ne comprend. En ce qui me concerne le mot honnêteté et justice me laissent un goût amer. Les deux juges avaient analysé et pris la bonne décision. La décision finale est indécente, illogique et incompréhensible. Si moi j’avais fait la même chose, est-ce que la décision aurait été la même? »

M. Frappier confirme avoir discuté avec Me Rancourt pour entreprendre d’autres procédures dans ce dossier litigieux.