En octobre, des élèves de l’école secondaire avaient organisé une manifestation pour soutenir l’adolescente victime dans cette affaire.

Alexander-Galt: des versions contradictoires des témoins

L’adolescent qui a sorti un couteau en présence d’une élève de l’école secondaire Alexander Galt à Sherbrooke sera vraisemblablement dirigé vers des sanctions extrajudiciaires.

L’adolescent devrait être inscrit au rôle de la chambre de la jeunesse, vendredi, au palais de justice de Sherbrooke, pour reconnaître certains faits au dossier.

À LIRE AUSSI: Menaces au couteau: l’élève d’Alexander Galt de retour en classe

Selon la preuve contenue au dossier, l’adolescent a sorti un couteau de poche et l’a mis à la hauteur de sa poitrine la lame dirigée vers la victime. Selon les images des caméras de surveillance de l’établissement scolaire, il n’y aurait eu aucun mouvement ou attaque vers la jeune fille. Cet épisode s’est déroulé en présence de cinq ou six autres élèves du même groupe au début octobre.

Les versions contradictoires des témoins de la scène ne permettent pas de prouver des menaces hors de tout doute raisonnable.

L’adolescent devrait reconnaître les faits de l’accusation de voies de fait en portant de façon ostentatoire une arme. L’accusation initialement portée d’avoir menacé avec une arme sera ainsi modifiée.

Si l’adolescent accomplit les mesures extrajudiciaires qui devraient être proposées par le procureur aux poursuites criminelles Me François Houle, l’accusation sera abandonnée.

L’avocate de la défense Me Annie-Pier Babineau de l’aide juridique devrait donner son aval à ce dénouement dans les procédures entreprises dans cette affaire.

La Commission scolaire Eastern Townships avait confirmé cette semaine que le retour en classe de l’adolescent était imminent, son président Michael Murray souhaitant que la situation revienne à la normale.

Des mesures ont été prises pour éviter que les deux jeunes se retrouvent ensemble seuls en même temps.

Le « safe school protocol » a été enclenché à la suite des évènements malheureux. Les différentes personnes impliquées, dont les parents, ont été rencontrées.

Des élèves de l’école secondaire Alexander Galt avaient organisé une manifestation pour soutenir l’adolescente victime dans cette affaire.