Mathieu Archambault a été accusé, vendredi, de conduite dangereuse causant la mort et de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Alcool au volant : un récidiviste accusé d'avoir causé la mort d'un piéton

Un récidiviste de l’alcool au volant de 26 ans devra répondre de ses gestes devant la justice après avoir happé à mort un piéton à Sherbrooke alors qu’il conduisait vraisemblablement son véhicule de façon dangereuse avec les capacités affaiblies par l’alcool.

Royal Leblanc, 62 ans, a été heurté à mort sur la rue des Jardins-Fleuris près de sa résidence de l’arrondissement de Fleurimont. Le tragique événement s’est déroulé le 18 février dernier.

Mathieu Archambault a été accusé, vendredi, de conduite dangereuse causant la mort et de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Archambault a été arrêté à son domicile vendredi matin.

Il a été transporté au palais de justice de Sherbrooke en après-midi. Il avait apporté ses effets personnels.

Le Service de police de Sherbrooke attendait des retours d’expertises dans le dossier. Des analyses d’échantillons sanguins prélevés sur Mathieu Archambault la nuit des événements ont été déposées au dossier d’enquête.

Archambault aurait heurté le piéton alors qu’il était sous l’effet de l’alcool. Les échantillons sanguins révélaient un taux d’alcoolémie dépassant de plus de deux fois la limite d’alcool permise.

Des analyses du véhicule ont aussi permis d’étayer la preuve en vue de porter les graves accusations.

L’homme de 26 ans, connu des policiers, a été conduit au centre hospitalier, souffrant d’un choc nerveux, à la suite de cet accident.

La collision est survenue à la hauteur du 957 de la rue des Jardins-Fleuris, vers 18 h 30.

La vitesse pourrait aussi être en cause. Après la collision initiale, le conducteur a embouti un poteau d’électricité, qui a été sectionné sous le choc.

Le conducteur était seul dans son véhicule au moment de l’accident.

La procureure aux poursuites criminelles Me Laurence Bélanger s’est opposée à la remise en liberté d’Archambault. Me Marc-André Champagne de l’aide juridique assure la défense.