Blessing Dugbeh a été accusé à la suite de la vague d’arrestations relativement à des agressions sexuelles en groupe commises à Sherbrooke à l’hiver 2017.

Agression sexuelle grave : un rapport d’expert attendu dans le dossier de Dugbeh

SHERBROOKE — Blessing Dugbeh devra attendre encore quelques semaines avant de connaître la date de son procès notamment sur une accusation d’agression sexuelle grave.

Blessing Dugbeh a été accusé à la suite de la vague d’arrestations relativement à des agressions sexuelles en groupe commises à Sherbrooke à l’hiver 2017.

Les avocats au dossier ont annoncé au tribunal, vendredi, qu’un rapport d’expert devra leur être remis avant que le procès puisse être fixé.

« Je n’ai pas eu de réponse sur la date de dépôt du rapport d’expertise. Il aura une influence sur la durée d’audition du dossier. Nous n’avons pas eu non plus les notes sténographiques de l’enquête préliminaire dans le dossier », a expliqué au tribunal la procureure aux poursuites criminelles, Me Marie-Ève Phaneuf.

« Nous essayons d’aller le plus vite possible dans le dossier. J’ai fait part de la situation à mon client qui la comprend », ajoute l’avocat de la défense Me Guy Plourde.

Seul accusé majeur au moment des événements allégués, Blessing Dugbeh, 20 ans, devra subir son procès pour des accusations d’agression sexuelle grave, d’agression sexuelle en groupe sur une personne de moins de 16 ans, de contact sexuel sur une mineure, d’incitation à des contacts sexuels sur une mineure ainsi que de menaces de mort de harcèlement entre février et avril 2018.

L’accusation d’agression sexuelle grave s’était ajoutée à la suite de l’enquête préliminaire qui s’était déroulée en septembre dernier

Au début mai, la juge Claire Desgens de la Cour du Québec avait déterminé que Dugbeh et un autre accusé devaient rester détenus pour la durée des procédures judiciaires.

Les accusés, dont plusieurs mineurs, avaient été arrêtés puis accusés en avril dernier dans cette affaire.

Un interdit de contact complet avec les plaignantes, les témoins potentiels et les autres accusés dans cette affaire avait été émis. 

Le dossier a été reporté au 9 novembre prochain pour fixer la date du procès.

Deux adolescents arrêtés dans cette affaire ont été incarcérés la semaine dernière à la suite de divers bris de conditions.

Ils ont subi leur enquête sur remise en liberté devant la juge Lise Gagnon de la chambre de la jeunesse de la Cour du Québec.

Elle a pris les requêtes en délibéré et rendra sa décision le 19 octobre prochain.