L'homme soupçonné d'avoir attaqué le recteur de l'oratoire Saint-Joseph fait face à des accusations de tentative de meurtre et de voies de fait armées.

Agression à l’oratoire: Vlad Eremia accusé de tentative de meurtre

L'homme soupçonné d'avoir attaqué le recteur de l'oratoire Saint-Joseph fait face à des accusations de tentative de meurtre et de voies de fait armées. Vlad Cristian Eremia a comparu hier après-midi au palais de justice de Montréal par vidéoconférence.

Âgé de 26 ans, barbu, les cheveux très courts, il était représenté par un avocat de l'aide juridique. Il devra subir une évaluation psychosociale avant sa prochaine audience. La Couronne s'est opposée à sa mise en liberté.

Le Montréalais, qui a déjà plaidé coupable d'avoir proféré des menaces dans un autre dossier en 2015, paraissait calme pendant sa comparution.

Le père Claude Grou, 77 ans, se remettait quant à lui des événements survenus vendredi matin. Il avait reçu son congé le même soir, après avoir subi au moins deux blessures superficielles par arme blanche.

« Je prie pour que l'oratoire Saint-Joseph reste un lieu d'accueil, de prière, de calme et de paix comme il l'a été depuis plus de 100 ans et je suis impatient de revenir au travail », a-t-il déclaré dans un communiqué. Il devrait être au repos pour quelques jours.

Sécurité

Les messes se poursuivent comme à l'habitude à l'Oratoire. Le service de sécurité, présent sur place toute l'année en raison du nombre élevé de visiteurs, recevra l'assistance du Service de police de la Ville de Montréal pour quelques jours, a fait savoir Céline Barbeau, directrice des communications de l'Oratoire.

« Ce sont des événements rarissimes », a souligné Mme Barbeau. De mémoire, le dernier incident survenu entre les murs de l'oratoire Saint-Joseph datait du début des années 2000, a-t-elle ajouté. « On se remet du choc tranquillement », a-t-elle dit.

À l'Oratoire, le personnel n'a pas reconnu l'attaquant, qui ne serait pas un fidèle fréquentant régulièrement le lieu de culte catholique. Céline Barbeau a précisé qu'aucune menace n'avait été reçue avant le geste.

Si le personnel du lieu de culte a d'abord réagi « avec tristesse et stupeur », aucun religieux ne craint de célébrer la messe. « Ils savent que c'est un geste isolé », a précisé M[exposant]me[normal] Barbeau. L'Oratoire reçoit environ deux millions de visiteurs chaque année. « C'est un sanctuaire, on reçoit des gens de toutes les confessions », a souligné M[exposant]me[normal] Barbeau.

Dans son communiqué, le père Grou a remercié les gens de leur soutien. « Cela me fait chaud au coeur et me permet d'affronter sereinement ces moments difficiles », a-t-il déclaré.