Des accusations de méfait de plus de 5000 $ ont été portées contre l'homme à l'origine des événements de la fin de semaine.

Accusé de vandalisme de plus de 100 000 $

Frustré du service à la clientèle de Bell Canada, un homme de 30 ans de Sherbrooke a choisi de s'en prendre aux véhicules de la compagnie à Sherbrooke.
Manuel Nicola Codina a comparu, lundi au palais de justice de Sherbrooke, devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec pour y être accusé de méfait de plus de 5000 $, d'avoir causé des dommages sur un véhicule de Bell Canada par un incendie et de bris de probation.
Ces actes de vandalisme auraient causé pour plus de 100 000 $ de dommages.
Ces événements se sont déroulés dans la nuit de vendredi à samedi.
Treize véhicules ont été endommagés, un véhicule a été incendié et des dommages ont été faits au bâtiment de Bell Canada du 400 de la rue King Ouest.
L'homme de 30 ans a été arrêté alors qu'il sortait du stationnement.
Il aurait utilisé un marteau et un couteau pour commettre les méfaits aux véhicules.
Codina est bien connu des milieux policiers.
Le procureur aux poursuites criminelles Me François Parent s'est opposé à la remise en liberté de l'accusé.
L'avocat de la défense Marc-André Champagne de l'aide juridique a remis le dossier à jeudi prochain pour l'enquête sur remise en liberté.
Codina présente des antécédents en matière psychiatrique.
Accusé de menaces de mort sur son ex-conjointe
Un homme qui aurait fait des menaces de mort à son ex-conjointe a été arrêté avec une arme tronçonnée sous son lit et un poing américain sous son oreiller.
Denis Leclerc a comparu, lundi, devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec pour être accusé de menaces de mort, de possession d'arme prohibée avec des munitions à proximité et de mauvais entreposage d'arme à feu.
« L'individu avait fait des menaces à son ancienne conjointe au cours de la journée. Lorsque les policiers sont intervenus à son domicile, le suspect était tout habillé avec ses armes prohibées près de lui. Il avait même des bottes de combat dans les pieds et une ceinture de munitions à la taille », mentionne le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.
L'homme de 53 ans n'a pas offert de résistance lors de l'opération policière de la rue des Grands-Monts dans le secteur Ascot.
C'est Me Christian Raymond qui assure la défense de l'accusé, alors que Me François Parent représente le ministère public dans cette affaire.
Leclerc a été libéré sous conditions.