Les circonstances entourant les infractions qui auraient été commises contre un bébé d’un an et une fillette de huit ans n’ont pas été dévoilées à cette étape du processus judiciaire.
Les circonstances entourant les infractions qui auraient été commises contre un bébé d’un an et une fillette de huit ans n’ont pas été dévoilées à cette étape du processus judiciaire.

Accusé d’avoir agressé sexuellement un bébé d’un an

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Déjà accusé d’avoir agressé sexuellement une enfant de huit ans, un homme de Granby fait face à de nouvelles accusations similaires, qui concernent cette fois-ci un bébé âgé d’un an.

Les faits reprochés ont été jugés si préoccupants qu’à sa première comparution pour cette offense, lundi, la cour a exigé que Dominic Quirion-Laroche, 29 ans, prenne rendez-vous avec un médecin d’ici un mois afin d’entreprendre une thérapie visant sa déviance sexuelle.

L’homme de 29 ans, qui n’a pas d’antécédent criminel, a été relâché pour la suite du processus judiciaire. Il a dû déposer une caution de 500 $ et il lui est interdit de communiquer avec les présumées victimes, de se trouver en présence de mineurs et de consommer de l’alcool ou des drogues.

Le ministère public reproche à M. Quirion-Laroche d’avoir fait des attouchements et d’avoir agressé sexuellement un bébé d’un an au début de 2020.

L’accusé, Dominic Quirion-Laroche

En ce qui concerne la première plaignante, des accusations d’agression sexuelle, d’attouchements et de l’avoir incitée à le toucher avaient été déposées en avril. Les gestes auraient quant à eux été posés, pour l’essentiel, en 2019.

Dans les deux cas, il ne s’agit pas de ses enfants, mais de personnes de son entourage. Les circonstances entourant ces infractions n’ont pas été dévoilées à cette étape du processus judiciaire.

«Inimaginable»

«C’est dégueulasse, inimaginable», a réagi un proche d’une des présumées victimes, qui a tenu à garder l’anonymat. «C’est même traumatisant.»

L’accusé «faisait beaucoup d’activités avec les enfants, j’avais moi-même confiance en lui, malheureusement», ajoute-t-il.

Selon l’homme, la présumée victime la plus âgée «fait des cauchemars et fond en larmes dès que [les événements] viennent sur le sujet», dit-il. Elle aurait produit une déclaration «très détaillée» à la police.

Le dossier de Dominic Quirion-Laroche doit revenir devant la cour en août. L’accusé s’expose à une peine d’emprisonnement maximale de 14 ans pour les accusations d’agression sexuelle.

Il est représenté par Me Nicolas Cossette, tandis que Me Karyne Goulet et Me Laurence Bélanger, du bureau de la Couronne à Granby, mènent les accusations pour le Directeur des poursuites criminelles et pénales.