Accident de dameuse au Mont-Bélu: l’opérateur sorti du coma

Le directeur général du Mont-Bélu, Frédéric Perron, confirme que l’opérateur de la dameuse du Mont-Bélu a finalement été réveillé, lundi matin, après avoir été plongé dans un coma artificiel dimanche. Sa conjointe a toutefois mentionné au Quotidien qu’il est encore trop tôt pour dire s’il en gardera des séquelles. L’amputation des jambes est évitée, mais ce n’est pas encore aussi certain pour les pieds et les orteils.

L’homme s’est retrouvé coincé dans la dameuse pendant plusieurs heures après que l’engin ait dévalé le ravin longeant la piste #8, la Mont-Mars, vers 3 h, dimanche. Un arbre traversait la cabine, ce qui l’empêchait de se sortir de sa fâcheuse position, et il ne pouvait pas atteindre son cellulaire pour appeler à l’aide. Ce sont des collègues qui ont contacté les secours, dimanche matin, quand ils sont arrivés sur les lieux pour commencer leur quart de travail. L’homme a finalement été prisonnier de la cabine de 3 h à 11 h 10. Souffrant d’hypothermie, il a été conduit à l’hôpital de Chicoutimi.

« Ça va quand même bien. Il a été réveillé ce matin. C’est sûr qu’il est traumatisé des événements. Il a été longtemps sans bouger », a mentionné M. Perron, lundi midi, alors qu’il venait de parler à la conjointe de l’accidenté. 

Fermeture

La dameuse a été retirée du ravin lundi avant-midi. M. Perron assure que l’opération s’est bien déroulée. Au total, il aura fallu environ une heure et demie pour l’amener en bas des pentes. 

« Elle a été retirée et elle va être amenée au garage municipal. La Ville de Saguenay est en train de regarder pour trouver une alternative, pour trouver une autre machine. Nous allons regarder les possibilités pour être en mesure d’ouvrir mercredi, mais ça reste à confirmer. »

Enquête de la police et de la CNESST

Le responsable des communications au Service de police de Saguenay, Bruno Cormier, confirme que l’enquête se poursuit afin de déterminer les causes de l’accident.

Du côté de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), le porte-parole David Blouin rappelle qu’un inspecteur s’est rendu sur les lieux dimanche. Il n’était pas exclu qu’il y retourne lundi. 

« L’inspecteur a demandé à l’employeur une méthode sécuritaire avant de déplacer la dameuse. Il a également demandé que des mesures soient prises pour assurer la sécurité des travailleurs qui ont à effectuer des travaux de resurfaçage de nuit ou en soirée », a indiqué M. Blouin.

Frédéric Perron confirme que l’opérateur de la dameuse ne sera plus laissé seul à la station, comme il l’avait mentionné dimanche.