Xavier Gervais

40 mois de prison pour une fraude de plus de 1,6 M$

Xavier Gervais de La Patrie passera 40 mois à l’ombre pour avoir fraudé des clients de la Banque Nationale de Richmond pour plus de 1,6 million $.

Gervais s’est servi de son emploi de conseiller financier pour flouer quatre clients d’une somme importante. Entre 2015 et 2017, Gervais a trahi la confiance de clients de l’institution financière. C’est pour renflouer 75 000 $, confiés par sa famille, que Gervais a entrepris ces fraudes.

À lire aussi: Il fraude des clients pour 1,7 M$

L’individu s’est ensuite servi de l’argent de ses clients pour tenter de rembourser l’argent des placements perdu par sa famille.

« Ça s’est avéré être encore une fois de mauvais placements », a expliqué au tribunal la procureure aux poursuites criminelles, Me Émilie Baril-Côté.

Le conseiller financier a fait signer des documents aux clients lui permettant de prendre leur argent et faire des placements risqués à leur insu.

« Je voulais régler les problèmes par moi même. J’ai été pris dans une spirale de mensonges. Je ne veux plus toucher à ce domaine », a expliqué Gervais avant de prendre la direction de la prison.

Par l’entremise d’une entreprise dont il était l’unique actionnaire, X Capital Services Financiers, Xavier Gervais a transféré les fonds vers ses comptes personnels. Un montant de 1 641 000 $ a ainsi été détourné au cours de la période en cause.

Gervais a investi cette somme dans des placements à haut risque qui n’ont pas donné les résultats escomptés. Il a ainsi dilapidé plus de 1,3 million de la somme détournée.

« C’est tout le système bancaire qui repose sur les conseillers financiers. On est au cœur même de la confiance que le public place envers les institutions financières », a signalé le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec en imposant la lourde peine de prison, lundi, au palais de justice de Sherbrooke.

Le plaidoyer de culpabilité à une fraude de plus de 5000 $ avait été enregistré par Gervais en octobre dernier.

Victimes

Entouré de ses proches, Gervais a écouté les témoignages de deux victimes qui se sont adressées au tribunal.

L’individu de 33 ans s’est adressé aux victimes pour s’excuser en se retournant vers eux.

Le jeune âge de Gervais, l’absence d’antécédent judiciaire, l’abus de confiance, son rôle privilégié et le montant global de la fraude ont été tenus en compte dans la suggestion commune présentée par la procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté et l’avocat de la défense Me Teddy Tabet.

Une fois sa peine purgée, Gervais souhaite compléter une formation comme ambulancier paramédical.

Les quatre clients qui avaient confié leurs avoirs à l’institution financière ont été remboursés par la Banque Nationale. C’est la banque qui a assumé la perte causée par la fraude de Gervais.

Xavier Gervais s’est engagé à verser 100 000 $ sur dix ans au bénéfice de la Banque Nationale.

Même si les clients ont été remboursés, ils ont perdu certains gains d’intérêt.

Gervais a perdu son emploi avant que la fraude soit mise à jour en 2017.

L’entreprise X Capital Services Financiers fait l’objet d’une ordonnance de blocage par l’Autorité des marchés financiers.

Jean-Luc Goupil, 61 ans, a été l’une des victimes flouées par Gervais. Il avait placé 118 000 $. Son objectif était de prendre une année sabbatique à la suite des cinq années du placement promis par Gervais.

Même s’il a été remboursé, Jean-Luc Goupil a vécu des conséquences fiscales à la suite de cette fraude.

« C’est dur sur les nerfs. Il faut faire avec. Au moins c’est réglé », indique M. Goupil.

Une victime de 57 ans avait confié à Gervais sa part de la ferme laitière qu’elle a obtenue à la suite d’un divorce.

Elle voulait une banque qui n’était pas associée à son ancien conjoint.

Elle avait confié environ 250 000 $ à la Banque Nationale par l’entremise de Gervais.

« Je voulais que cet argent soit en sécurité pour assurer mon avenir et celui de mon fils. Je n’ai plus confiance en mon jugement. Ce n’est pas juste une question d’argent. C’est une question de croire en soi. Une banque est un endroit où tu es censé avoir confiance », a mentionné cette victime.