YANNICK HUDSON

31 mois de prison pour leurre

Yannick Hudson a non seulement été condamné à une peine de 31 mois pour avoir commis le crime de leurre informatique, mais il ne pourra être mis en contact avec des personnes mineures pour les 25 prochaines années.

Hudson utilisait les médias sociaux et les jeux en ligne pour approcher des adolescents. L’individu de 36 ans était déjà inscrit au registre des délinquants sexuels depuis 2011.

L’individu de 36 ans, qui disait être âgé autour de 20 ans lors de ses conversations avec des mineures, a réglé ses comptes avec la justice devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

Hudson a reconnu avoir utilisé un ordinateur dans le but de commettre une infraction de nature sexuelle avec un mineur, soit du leurre informatique, entre le 26 novembre 2013 et le 1er septembre 2015 avec un adolescent d’East Angus.

C’est par Facebook que la victime a connu Yannick Hudson.

Ils se sont rencontrés une première fois à East Angus avec une tierce personne. Hudson avait mentionné à l’adolescent qu’il aimerait qu’ils se rendent à Montréal, puis à La Tuque dans un chalet pour « gamer » ensemble.

Plus tard en soirée alors qu’ils jouaient en ligne sur une console X-Box, Hudson a invité le plaignant à son logement de Montréal afin d’écouter des films pornographiques tout en se masturbant.

Hudson a mentionné qu’il n’avait pas eu de blonde depuis longtemps ou de relation avec d’autres personnes et qu’ils pourraient « lui faire des choses » et qu’il aimerait avoir une main qui le touche.

L’adolescent a refusé les avances de Hudson.

Bris de conditions

Hudson a reconnu s’être rendu avec un autre adolescent à un chalet de Notre-Dame-des-Bois et être allé marcher sur la plage à Magog avec d’autres adolescents.

Yannick Hudson a utilisé divers profils Facebook pour entrer en contact avec des adolescents et ainsi briser ses conditions de ne pas entrer en contact avec des mineurs.

Il a utilisé les noms : Ti-Poux, Ian Bernard Hudson, Ptit Ian Suba ou Tweetyyoups sur Snapchat.

Yannick Hudson a ainsi plaidé coupable à des bris de conditions de ne pas communiquer avec des jeunes de moins de 16 ans, de ne pas se rendre dans des endroits publics où pourraient se trouver des jeunes de moins de 16 ans et d’utiliser un ordinateur.

En imposant la peine de deux ans et sept mois de prison, suggérée par l’avocat de la défense Me Jean-Marc Bénard et la procureure aux poursuites criminelles Me Isabelle Dorion, le juge Chapdelaine a reconduit l’ordonnance pour tenir Hudson à l’écart des adolescents.

Il ne pourra se trouver dans des endroits publics où peuvent se trouver des jeunes de moins de 16 ans et à moins de deux kilomètres du lieu de résidence des victimes.

Hudson ne pourra accepter d’emploi ou faire du bénévolat dans des endroits où peuvent se trouver des jeunes de moins de 16 ans.

Il ne pourra pas non plus utiliser d’ordinateur, Internet, de logiciel de partage de fichiers ou les réseaux sociaux pour le prochain quart de siècle.

Étant donné que Hudson est originaire de Beauharnois, le Service de police de Châteauguay avait publié un communiqué à l’endroit de Hudson le printemps dernier.

À cet endroit, il utilisait les pseudonymes Yan Yan, Yannick Martel et Yan Hudson, pour tenter d’entrer en contact avec des mineurs.