Israël Cyr de Sherbrooke passera encore six mois derrière les barreaux pour avoir trempé dans une affaire de trafic de speed.

18 mois pour trafic de speed

Israël Cyr de Sherbrooke passera encore six mois derrière les barreaux pour avoir trempé dans une affaire de trafic de speed.
Devant le juge Pierre Bachand de la Cour du Québec, il a plaidé coupable au trafic et à la possession dans le but de trafic de speed.
Lors de son arrestation en juin 2016, il avait en sa possession 282 comprimés de speed.
C'est le Service de police de Sherbrooke qui avait procédé à son arrestation à la sortie d'un hôtel de Sherbrooke.
Il était sur le point de rencontrer un acheteur lorsque les policiers ont procédé à son arrestation.
Israël Cyr est détenu depuis ce moment.
Sa peine de détention provisoire équivalente à 12 mois de prison a été déduite de la peine de 18 mois qui lui a été imposée par le tribunal.
C'est une suggestion commune de Me Kim Dingman en défense et Me Marilène Laviolette qui a permis de régler ce dossier.
Deux accusés de l'opération «bouboule»  plaident coupable
Deux individus situés au bas de la hiérarchie de l'organisation criminelle démantelée lors de l'opération « bouboule » ont reconnu leur implication.
Michèle Palazzo a plaidé coupable à une accusation de trafic de stupéfiants.
L'individu a réalisé un trafic de stupéfiants avec un agent double. Une quantité de 2,6 grammes de crack, 5,6 grammes de cocaïne ainsi que des comprimés de méthamphétamine avaient été trouvés sur lui.
Palazzo effectuait du « remplacement » pour l'organisation depuis environ quatre mois. La frappe policière a eu lieu à la mi-novembre 2016.
Il a été remis en liberté sous conditions en attendant les observations sur la peine. Me Marc-André Champagne de l'aide juridique et Me Claude Robitaille du ministère public s'adresseront au tribunal le 8 juin prochain.
Un autre individu, Sylvain Dulac, représenté par Me Jean-Marc Bénard, a plaidé coupable à la possession de cocaïne.
Sans que la drogue lui appartienne, il gardait dans un coffre 39 sachets contenant 7,8 grammes de cocaïne.
C'est Sylvain Blais, qui a plaidé coupable dans cette affaire, qui conservait la clé permettant d'accéder au contenu du coffre.
Dulac a écopé d'une peine de six mois de détention à purger dans la collectivité.
Les autres accusés qui ont déjà reconnu leur culpabilité dans le cadre du projet « bouboule » analysent les offres de peine soumises par la poursuite.
Aussi accusés dans le cadre du projet « bouboule » Sylvain Blais, Rock Martel, Stéphane Michaud et Jean-Guy Shank reviendront devant le tribunal le 8 mars prochain pour fixer le moment des observations sur la peine.
Nicholas Pratte ainsi que Samuel Dumont-Blanchard sont aussi accusés dans cette affaire. Ils ont remis le dossier à la même date.
L'opération « bouboule » avait permis aux policiers de frapper un réseau de revendeurs de drogue à Sherbrooke et Saint-Georges-de-Windsor.
Lors de six perquisitions, 28 875 $ ont été saisis de même qu'une quarantaine de comprimés de méthamphétamine, 2743 grammes de cannabis, une dizaine de grammes de cocaïne ainsi que du haschich.
Quelques jours avant la frappe policière, Jean-Guy Shank avait été brûlé en tentant de faire de la « soupe au pot » dans son logement de la 8e avenue à Sherbrooke.
Blais avait reconnu avoir donné des conseils à Jean-Guy Shank sur la façon de produire de l'huile de cannabis.