Les policiers ont vérifié les motoneiges et les divers documents qui y sont reliés.

176 constats d’infraction remis par la SQ sur les monts Valin

La Sûreté du Québec (SQ) a donné 176 constats d’infraction, lors de l’opération de visibilité accrue qui avait lieu dans le secteur des monts Valin, samedi, entre 10 h et 21 h.

La SQ avait mis cette opération en place pour marquer le début de la saison de motoneige. Les constats qu’elle a remis touchaient diverses infractions. Les conducteurs pris en faute avaient principalement de l’équipement inadéquat sur leur véhicule, avaient modifié leur système d’échappement de façon illégale, circulaient au mauvais endroit sur le chemin public ou avaient omis de faire des arrêts obligatoires, indique la SQ, dans un bilan envoyé dimanche.

Le corps policier a aussi émis près d’une centaine d’avis de vérification. Environ 20 % des conducteurs n’avaient pas de preuve d’assurances ou de papiers d’immatriculation dans leur véhicule, samedi.

Deux motoneigistes ont été soumis au test de l’ivressomètre. Les résultats ont été négatifs.

En tout, 531 motoneigistes ont été interceptés par les 16 policiers de la SQ, qui étaient accompagnés de six membres de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec.

Une quinzaine de patrouilleurs de la Sûreté du Québec ont mené, samedi, une opération de sensibilisation dans le secteur des monts Valin.

Sensibilisation

Sur place, lors du passage du Quotidien, samedi, le sergent responsable au service de la sécurité routière, Jean-François Villemure, a expliqué que ce type d’intervention visait surtout à sensibiliser les motoneigistes aux comportements dangereux lorsqu’on est au volant.

Un motoneigiste a été intercepté alors qu’un enfant prenait place devant lui sur la motoneige dont l’échappement était modifié. Les policiers se sont également attardés à la plaque d’immatriculation qui doit être fixée à la motoneige.

« On travaille les principales causes de collision que sont la vitesse, l’alcool et les drogues », explique le sergent Villemure. Selon lui, la SQ a voulu être proactive, cette année, pour éviter qu’un drame se produise dès les premières sorties des adeptes de ce sport hivernal.

« L’an dernier, le 17 novembre, il y a eu une collision mortelle. Cette année, on a voulu, avant que ça se produise, être réactifs, être à l’avant-plan et montrer que la Sûreté du Québec est présente », explique le sergent Villemure.

Le sergent Villemure rappelle que les amateurs de hors-piste n’échappent pas aux règlements alors que la Loi sur les véhicules hors route est à l’origine de plusieurs obligations.

Cette présence policière accrue vise à sensibiliser les motoneigistes à adopter des comportements responsables et sécuritaires. Des interventions seront réalisées, au cours de la saison 2019-2020, dans les sentiers ainsi qu’aux croisements des chemins publics, auprès des motoneigistes qui ont des comportements compromettant la sécurité des autres usagers.

Une attention particulière sera portée à la capacité de conduite affaiblie par l’alcool, la drogue ou une combinaison des deux, le non-respect de la limite de vitesse et le non-respect des panneaux d’arrêt obligatoire aux croisements des sentiers et des chemins publics. (Avec Annie-Claude Brisson)