Il sera interdit à Bernier de conduire pour une période de dix ans.

14 mois de prison pour un chauffard aux nombreux antécédents

SHERBROOKE — Le chauffard Alex Bernier a été condamné à 14 mois de prison à Sherbrooke.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a retranché dix mois de détention provisoire à la peine imposée au palais de justice de Sherbrooke.

Bernier devra donc purger encore quatre mois de détention.

Il lui sera interdit de conduire pour une période de dix ans.

« Cette peine tient compte de votre âge et des efforts de réinsertion sociale faits en détention », a indiqué le juge Chapdelaine en imposant la peine.

Une probation de trois ans avec un suivi de dix-huit mois lui a été imposée.

Soumis à un ordre du tribunal de ne pas conduire jusqu’en 2026, Alex Bernier de Sherbrooke a brisé non pas une, mais deux fois cette condition à la fin de l’hiver 2018.

« J’espère que l’on ne vous reverra plus à la Cour pour des infractions en matière de conduite automobile ou toute autre infraction », a mentionné le juge Chapdelaine.

Bernier qui avait plaidé coupable en mars 2018 à une conduite pendant une interdiction de conduire a été intercepté au volant d’un véhicule au début avril pour une infraction au Code de la sécurité routière.

Bernier a aggravé son cas en ne s’identifiant pas par son vrai nom et évidemment il n’avait pas de permis de conduire sur lui. Ajoutez à cela qu’il a pris la fuite à pied lorsqu’il est sorti du véhicule.

Il a reconnu la trame factuelle de ces événements.

NOMBREUX ANTÉCÉDENTS

En avril 2016, il avait été condamné à 23 mois de prison pour deux affaires de conduite avec les capacités affaiblies durant une interdiction. Une ordonnance l’empêchant de conduire pour une décennie avait été prononcée.

Bernier avait pris la motoneige neuve de son père, sans sa permission, pour se promener à Ascot Corner alors qu’il n’y avait pas encore de neige. Suivi par les policiers, il avait pris la fuite, mais avait été rattrapé.

En mai 2013, il avait également été condamné à deux ans moins un jour de prison après avoir reconnu sa culpabilité à des accusations de conduite dangereuse causant des lésions et de délit de fuite causant des lésions dans la nuit du 5 au 6 avril 2012.

Deux piétons de 18 ans et 19 ans avaient alors été happés par un véhicule pendant qu’ils marchaient sur le trottoir de la rue King Est à la hauteur de la rue du Cégep. Les deux piétons avaient subi d’importantes blessures.

Bernier avait heurté les passants avec son rétroviseur et avait fui le site de l’accident.

C’est Me Mélissa Gilbert qui assurait la défense d’Alex Bernier.