Des policiers avaient érigé un barrage routier dans le secteur Lennoxville, à Sherbrooke.

1340 conducteurs interceptés et aucune arrestation

Plus de 1300 automobilistes ont dû franchir un barrage routier ciblant la capacité de conduite affaiblie par l’alcool ou les drogues au cours de la soirée et de la nuit de jeudi à vendredi. Le message passe, car on ne rapporte aucune arrestation!

L’opération concertée et simultanée regroupait l’ensemble des services de police de l’Estrie, soit les policiers de la Sûreté du Québec (SQ), en collaboration avec le Service de police de la Ville de Sherbrooke (SPS) et de la Régie de police de Memphrémagog (RPM) de même que le Service de police de la Ville de Granby et celui de Bromont.

Des barrages ont été érigés à plusieurs endroits dans la grande région des Cantons-de-l’Est, rapporte la SQ dans un communiqué de presse. Au total, 39 policiers ont participé à ces opérations.

Dans le secteur Lennoxville, les policiers du SPS étaient présents en compagnie des policiers de la SQ du poste autoroutier Estrie et de la MRC de Coaticook, au carrefour giratoire de l’autoroute 410, situé près de la route 143.

À Ayer’s Cliff, les policiers de la RPM étaient avec des policiers de la SQ de la MRC de Memphrémagog sur la route 141, près de Sainte-Catherine-de-Hatley. 

À Saint-Alphonse-de-Granby, des équipes de policiers des services de police de Granby et de Bromont, ainsi que des policiers de la SQ des MRC de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska, étaient présentes sur la route 139, près des accès à l’autoroute 10.

«Tenue entre 22 h et 1 h, cette opération policière à grand déploiement a permis d’interpeller environ 1340 conducteurs afin de vérifier si leur capacité de conduire était affaiblie par l’alcool ou les drogues, ou une combinaison des deux», signale Ingrid Asselin, porte-parole de la SQ.

«Les policiers ont utilisé à quinze reprises l’appareil de détection approuvé ayant eu des soupçons de croire à la présence d’alcool dans l’organisme du conducteur et il n’y a eu aucune arrestation pour la conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool et/ ou une drogue.» 

Rappelons que la conduite avec les capacités affaiblies demeure l’une des causes principales des collisions mortelles au Québec. «En 2018, plus de 5700 conducteurs ont été arrêtés pour la conduite avec les capacités affaiblies sur le territoire de la Sûreté du Québec», dit-elle.

L’ensemble des services de police du Québec, en collaboration avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), intensifient leurs interventions sur le réseau routier jusqu’au 2 janvier 2020 dans le cadre de l’opération nationale concertée «Alcool et drogue au volant, c’est criminel».