Le Protecteur du citoyen fait présentement enquête sur la façon dont le CHSLD Argyll est géré afin de comprendre pourquoi le taux d’absence du personnel est si élevé, ce qui a des conséquences directes sur les services offerts aux résidents.

Jusqu’à 40% du personnel absent au CHSLD Argyll

Jusqu’à 40 % des employés du CHSLD Argyll sont absents du travail certaines journées. Le contexte de travail est difficile et a des impacts sur la clientèle : c’est en raison de ces situations difficiles qui se répètent souvent que le Protecteur du citoyen a décidé de faire une enquête sur la situation au CHSLD Argyll.

« Ce n’est pas tous les jours comme ça, heureusement, mais ça arrive. Quand quatre employés sur dix sont absents, ça crée des situations difficiles pour tout le monde, autant pour le personnel présent que pour les usagers et leurs familles », soutient Sylvie Moreau, directrice des programmes de soutien à l’autonomie des personnes âgées au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Lire aussi: Le pavillon Argyll fait l'objet d'une enquête

« Deux enquêteurs du Protecteur du citoyen sont venus deux journées en septembre pour rencontrer du personnel, des partenaires, des résidents et leurs familles. Ils sont venus une autre journée la semaine dernière : c’était un suivi, il n’y avait pas de lien avec l’événement qui a été médiatisé il y a deux semaines comme quoi une de nos résidentes n’avait pas été mobilisée pendant 36 heures », ajoute Mme Moreau.

« Plusieurs raisons »

Pourquoi la difficulté d’avoir du personnel en nombre suffisant est-elle aussi criante au CHSLD Argyll?

« Il y a plusieurs raisons. D’abord, il y a de nombreux lits : avec ses 262, c’est le plus gros CHSLD de Sherbrooke. Il y a aussi un plateau technique et des unités très spécialisées, ce qui demande des ratios de personnel plus importants. C’est une clientèle aux besoins très complexes qui sont orientés vers le CHSLD Argyll. Quand on mélange tout ça, ajouté à la pénurie de personnel qu’on retrouve au CIUSSS de l’Estrie-CHUS et dans tous les CHSLD du Québec en général, ça explique que la situation soit aussi compliquée au CHSLD Argyll », explique Sylvie Moreau.

Dans la dernière année, 14 % des employés du CHSLD sont en absence maladie long terme, ce qui représente « un taux élevé d’absentéisme ». « Un taux d’absentéisme long terme de 7 % est considéré comme raisonnable. On est donc nettement en haut », nuance Sylvie Moreau.

Que fait-on alors pour enrayer l’hémorragie, pour tenter de corriger la situation?

« Nous venons de convertir des heures de travail en 86 postes, qui ont tous trouvé preneurs. Tout le monde n’a pas encore commencé son nouveau poste. Quand tout sera en place, on a espoir que ça viendra stabiliser les horaires », mentionne Mme Moreau.


Quand nous avons beaucoup de personnel absent, on tente tout ce qu’on peut pour combler les postes.
Sylvie Moreau

Que faire quand 40 % du personnel est absent du travail? Il existe alors des plans de contingence, qui sont variables en fonction de nombreux facteurs et dans chacun des départements.

« Quand nous avons beaucoup de personnel absent, on tente tout ce qu’on peut pour combler les postes : main-d’œuvre indépendante, temps supplémentaire, liste de rappel. Quand c’est impossible de remplacer après tout ça, on regarde les listes de soins et services que nous offrons et on regarde ce qu’on sera en mesure de faire par ordre de priorité », nuance Mme Moreau.

Une nouvelle balise a été fixée dans les unités : la mobilisation des personnes (les asseoir sur leurs chaises et les remettre au lit) ne pourra plus être mise de côté après un délai de 24 heures. De nombreux patients et leurs familles portent plainte ou contactent les médias lorsque leurs proches sont cloués au lit pendant trop longtemps.

Rapport à venir du Protecteur du citoyen

L’enquête du Protecteur du citoyen est maintenant complétée. Il rédigera ensuite son rapport. « Je ne sais pas quand nous recevrons son rapport, et je m’attends à ce qu’il nous fasse des recommandations », souligne Mme Moreau, en soulignant l’excellente collaboration qu’il existe entre sa direction et l’organisme.

Rappelons que le Protecteur du citoyen du Québec est un ombudsman impartial et indépendant qui a pour mission d’assurer le respect des droits des citoyens dans leurs relations avec les services publics.

Sylvie Moreau