Les jumelles, Laurence et Anne-Frédéric Ouellet ont toutes les deux été atteintes du cancer des ganglions durant les deux dernières années alors qu'elles sont encore adolescentes.

Jumelles, adolescentes et survivantes du cancer

Elles ont 16 ans, sont jumelles et toutes deux atteintes du cancer. Un diagnostic reçu coup sur coup, en moins de deux ans, à la même période où elles perdent leur mère.
Laurence et Anne-Frédéric Ouellet de Lac-Mégantic ont été honorés lors du Relais pour la vie qui se tenait la fin de semaine dernière, une semaine avant l'édition de Sherbrooke.
En 2014, Laurence a été diagnostiquée du cancer des ganglions de stade 2 alors qu'elle était âgée seulement de 14 ans. Une bosse anormale s'est développée dans son cou. « Personne dans notre famille n'avait eu de cancer alors c'était un gros choc parce qu'on ne connaissait pas ça. Ma soeur a quand même bien pris la nouvelle. Elle a foncé, elle a été courageuse, » explique sa soeur, Anne-Frédéric.
Comble du malheur, en mai 2016, c'est au tour de cette dernière d'être diagnostiquée avec le même cancer. Alors que sa soeur n'avait aucun symptôme, elle subissait de son côté neuf des onze symptômes possibles. Sa moelle osseuse était affectée ainsi que des cellules de ses poumons avaient été attaquées.
Comme si l'épreuve n'était pas suffisante, leur mère est décédée au début de mois d'avril 2016 quelques semaines avant le diagnostic d'Anne-Frédéric. « Ç'a été un moment vraiment difficile et encore une fois un gros choc. Toutefois, je me disais que je ne devais pas me laisser abattre, car je voulais vivre », souligne-t-elle.
Laurence s'est débarrassée rapidement du cancer. Elle a suivi plusieurs traitements de chimiothérapie et est en rémission depuis le 11 septembre 2014. « Présentement ça va super bien, elle a guéri rapidement et les médecins sont contents des résultats », assure sa soeur jumelle.
C'est plus compliqué pour Anne-Frédéric. Depuis son diagnostic le 15 mai 2016, elle a subi 15 semaines de chimiothérapie. Trois mois plus tard, elle est tombée en rémission. Alors que tout semblait aller de son côté, lors d'un rendez-vous de routine, on lui indique une rechute. Elle a donc dû continuer ses traitements de chimiothérapie et ce dimanche, elle recevra une greffe de moelle osseuse. « J'essaie de rester confiante même si c'est difficile. Je me dis qu'il faut le faire parce que sinon la maladie va prendre le dessus et ce n'est pas ça que je veux », relate-t-elle.
Vie changée
Aujourd'hui âgées de 16 ans, les jumelles ont déjà passé à travers plusieurs épreuves qui les ont façonnées. « Présentement, je vois la vie au jour le jour. Demain je ne sais pas comment je vais me sentir donc j'arrête de prévenir trop et je me dis de prendre une journée à la fois sans avoir d'attente », explique Anne-Frédéric. Elle souhaite maintenant croquer dans la vie, aller au cégep et à l'université.
Anne-Frédéric souligne que ce qui a vraiment changé, c'est le regard des autres sur elle. « Parfois les gens me voient seulement comme une malade et ils oublient que je suis encore une adolescente comme les autres. » Anne-Frédéric vit tout de même plusieurs changements concrets dans sa vie. Ses sorties sont limitées en raison de son faible système immunitaire et des dangers de contracter d'autres maladies. Elle ratera également son bal des finissants cette année.
Survivantes d'honneur
Les soeurs ont été nommées survivantes d'honneur durant le Relais pour la vie de Lac-Mégantic. Les jumelles s'impliquent dans cet événement depuis trois ans, donc cet honneur les a beaucoup touchées. « C'est vraiment le fun d'être nommé survivantes d'honneur. Combattre une telle maladie et voir la reconnaissance de tout le monde, on ne pouvait pas demander mieux », explique Anne-Frédéric.