La présence de fumée a forcé l’évacuation du palais de justice de Sherbrooke.

Journée rocambolesque au palais de justice

Journée rocambolesque au palais de justice de Sherbrooke, mardi, non pas par les causes qui y ont été entendues, mais par les aléas qui ont entraîné d’abord une panne électrique puis par une évacuation en raison de la présence de fumée.

Alors que les activités judiciaires roulaient déjà au ralenti en raison d’une panne électrique qui a touché tout le plateau Marquette en avant-midi, une alarme a retenti à l’édifice Raynald-Fréchette du 375 de la rue King Ouest un peu avant 14 h

« Nous avons reçu un signalement par la centrale 9-1-1. Le système d’alarme avait été déclenché de façon manuelle à l’intérieur du palais de justice. La fumée a été générée à partir de la chaleur des travaux à chaud dans la cage d’ascenseur. Étant donné que la ventilation n’était pas fonctionnelle en raison de la panne électrique, les gaz de fumée ne s’extirpaient pas. Un constable spécial a constaté la présence de fumée et a déclenché une station d’alarme manuelle », explique le chef de division du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke, Rémy Beaulieu.

Deux alarmes ont été nécessaires lors de cette intervention qui a nécessité l’évacuation d’environ 75 personnes.

« Il y a eu plus de peur que de mal. L’évacuation s’est bien déroulée malgré les mesures particulières pour évacuer notamment des gens qui se trouvent en détention », mentionne le chef Beaulieu.

Aucun dommage n’a été constaté à la bâtisse qui se trouve présentement en rénovations

« En route, nous pensions qu’il y avait une corrélation entre l’événement de ce matin où il y a eu un bris du système électrique central au niveau du fil souterrain, mais ce n’était pas le cas. Lors de nos validations, nous avons confirmé que de la fumée avait été produite à partir de travaux à chaud dans une cage d’ascenseur », signale le chef Beaulieu.

Le retour du long congé de la fête du Canada a bien mal commencé avec un incendie dans un puits d’accès au réseau électrique souterrain qui alimente le plateau Marquette, dont le palais de justice.

L’événement survenu vers 8 h mardi a entraîné la réduction des activités au minimum au palais de justice de Sherbrooke.

Le Service de protection contre les incendies de Sherbrooke a dû intervenir pour maîtriser le début d’incendie dans un « trou d’homme ».

Tout le secteur de l’arrondissement des Nations a été touché par la panne électrique. Des commerces et des bureaux professionnels ont dû renvoyer leur personnel à la maison.

Au palais de justice de Sherbrooke, le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a réduit les activités au minimum en salle des comparutions étant donné qu’elle est alimentée seulement par une génératrice. L’enregistrement des débats judiciaire ne pouvait pas être effectué étant donné l’absence du courant électrique.

« Nous allons procéder à l’appel du rôle rapidement pour libérer le plus de personnes possible. Nous allons être privés d’électricité pour un minimum de quatre heures », avait expliqué en matinée le juge aux avocats et aux personnes présentes au palais de justice de Sherbrooke. 

Le porte-parole d’Hydro-Sherbrooke Daniel Moreau explique que plusieurs édifices ont été privés d’électricité.

« Nous devions sécuriser le puits d’accès avant que les employés puissent y avoir accès. Ce sont des lignes de haute tension de 25 000 volts qui s’y trouvent. C’est toujours plus long travailler dans le réseau souterrain », mentionne Daniel Moreau.

C’est un bris dans un joint du puits d’accès qui a causé cette panne majeure au centre-ville de Sherbrooke.

Le courant devait être rétabli mardi en soirée pour les 82 clients touchés.