Le journaliste de <em>La Tribune</em> Jonathan Custeau a remporté un prix lors de la 35e édition du Prix de journalisme en loisir du Conseil québécois du loisir.
Le journaliste de <em>La Tribune</em> Jonathan Custeau a remporté un prix lors de la 35e édition du Prix de journalisme en loisir du Conseil québécois du loisir.

 Jonathan Custeau remporte un prix en journalisme

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
SHERBROOKE — Le journaliste de La Tribune Jonathan Custeau a remporté un prix lors de la 35e édition du Prix de journalisme en loisir du Conseil québécois du loisir. L’honneur lui a été remis dimanche dans la catégorie Écrit court portée provinciale ou nationale pour son texte L’infiniment grand des Innus en Basse-Côte-Nord paru le 20 juillet 2019.

Ce prix vise à reconnaître l’excellence du travail des journalistes qui contribuent à faire mieux connaître l’apport des intervenants dans le domaine du loisir, les diverses formes de loisirs pratiqués au Québec ainsi que les nombreux impacts du loisir notamment aux niveaux individuel, social, culturel, environnemental et économique.

« C’est une belle tape dans le dos et même si c’est un cliché, on ne le fait pas pour gagner des prix, souligne Jonathan Custeau qui est affecté à la couverture de la politique municipale. Chaque fois qu’on gagne un prix localement comme ç’a été le cas pour Mélanie Noël avec son prix Judith-Jasmin, ça prouve qu’on est capable de faire du bon travail en région et dans les médias qui ont peu de moyens. On fait du bon travail. Et ce n’est pas seulement moi qui fais du bon travail, au contraire. C’est le fun de voir qu’on reconnaît ça. »

Lire aussi : L'infiniment grand des Innus en Basse-Côte-Nord

Le texte de Jonathan Custeau, qui s’inscrit dans sa chronique hebdomadaire du Bourlingueur, porte sur le tourisme autochtone, une réalité encore méconnue au Québec. On y découvre la communauté innue d’Unamen Shipu établi le long de la Route blanche, ce sentier de motoneige reliant Natashquan et Blanc-Sablon. On se trouve alors à 400 km au nord-est de Sept-Îles.

« On commence à s’intéresser en peu plus à la culture autochtone, qu’on avait peut-être mise de côté, explique Jonathan Custeau. C’est vraiment intéressant d’aller passer du temps avec eux. Dans un contexte de la COVID-19 et puisque la reprise va se faire avec du tourisme local, si on a vu déjà Montréal, Québec et Percé, peut-être que le tourisme autochtone est une belle façon de redécouvrir le Québec. »

« Je suis très fier que Jonathan remporte ce prix, mentionne pour sa part Louis-Éric Allard, directeur de l’information de La Tribune. Outre son excellent travail au municipal, il s’est développé un créneau et il est devenu une référence dans le domaine du voyage. Il sort des sentiers battus en nous amenant à des endroits où on ne serait pas nécessairement allé ou en nous présentant des façons différentes de voyager. Un prix provincial comme celui-là rejaillit sur tout le journal et sur les collègues. Ce n’est pas parce qu’on est en région qu’on ne fait pas du bon journalisme. »

Ce sont 132 articles et reportages qui ont été présentés par 87 journalistes provenant de partout au Québec. De ce nombre, 92 articles et reportages ont été soumis aux membres du jury qui ont sélectionné les premiers prix de chacune des 4 catégories en plus d’un prix Coup de cœur. Ces 9 lauréats ont reçu des bourses totalisant 6900 $ ainsi qu’un trophée commémoratif.

Les résultats devaient être dévoilés dans le cadre du gala de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), tradition débutée l’an dernier, mais qui doit prendre une pause en ce contexte de pandémie. Le CQL a donc décidé de produire un cahier spécial pour présenter les récipiendaires et leur reportage. On retrouve ce cahier spécial dans la section « Prix de journalisme » sur le site Internet du Conseil québécois du loisir.