Le maire Régis Labeaume

Jeux de la Francophonie: Labeaume ouvert si Québec n’a «presque rien» à payer [VIDÉO]

Le maire Régis Labeaume serait ouvert à accueillir les 9es Jeux de la Francophonie à Québec en 2021, à condition cependant que la Ville n’ait «presque rien» à débourser pour les tenir.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick, qui souhaitait au départ tenir les jeux à Moncton et Dieppe, s’est récemment désisté après s’être vu attribuer les Jeux en 2015. Le premier ministre Blaine Higgs a déploré le financement inadéquat de la part du gouvernement fédéral et l’explosion des coûts d’organisation, passés de 17 millions $ à 130 millions $. 

À lire aussi: Les Jeux de la francophonie 2021 «réalisables», selon Luc Fournier

La Ville de Sherbrooke, qui avait déposé sa candidature en 2015, mais avait été coiffée par Moncton et Dieppe au fil d’arrivée, hésite maintenant à prendre le relais pour les mêmes raisons qui ont poussé le Nouveau-Brunswick à quitter le navire. 

C’est ce qui a amené certaines personnes à penser que Québec, qui a déjà organisé les Jeux mondiaux des policiers et pompiers en 2005 et les Jeux mondiaux d’hiver des maîtres en 2015, pourrait être capable de tenir cet événement international composé de compétitions sportives et culturelles ayant pour but de favoriser le rayonnement et la promotion de la langue française.

«Beaucoup de personnes nous ont fait signe à ce sujet depuis quelques jours», a avoué jeudi le maire Labeaume en marge d’une conférence de presse du Réseau de transport de la capitale (RTC). «Ici, on a tout ce qu’il faut [pour tenir les Jeux], mais on ne veut pas payer! Si les gouvernements veulent qu’on s’en occupe, qu’ils nous fassent signe, mais il faut qu’on ait le budget à la clé», a-t-il insisté.

«C’est simple, on ne veut pas que la Ville défraie, ou très peu. On sait qu’il y a des retombées, il faudrait sortir notre calculatrice.», poursuit-il. «Non seulement on a les infrastructures, mais on a plein de monde qu’on peut mettre à contribution pour les organiser, ces Jeux, ce n’est pas un problème. Alors on est intéressés, oui, s’il y a des budgets à la clé.»

C’est justement à Québec, lors du deuxième Sommet de la Francophonie qui avait eu lieu en 1987, qu’il avait été décidé de créer les Jeux de la Francophonie. Les premiers ont eu lieu à Rabat et Casablanca, au Maroc, en 1989 et 37 nations y avaient pris part. Les Jeux de 2017 avaient eu lieu à Abidjan, en Côte-d’Ivoire, et plus de 4000 athlètes de 43 nations s’y étaient déplacés.